De toutes les espces vivant dans l'univers de matire seule l'espce humaine est expose aux ravages d'une pidmie malfique. Les animaux et les vgtaux chappent cette contamination. Elle attaque seulement l'intelligence. Ils n'ont pas l'intelligence. Ils n'ont que l'instinct pour vivre. Les humains, eux, sont instinctifs et intelligents. Leur intelligence les y expose.
La vie normale et naturelle de l'espce humaine est mene par les forces du bien. Ds la naissance, tout bb est spontanment entour d'amour et d'affection. Elles sont la sve qui fait vivre sereinement et durablement toutes socits humaines sur les plantes habitables de l'univers de matire. Elles protgent contre les agressions malfiques en crant des anticorps qui renforcent le systme de protection des socits humaines. Sur Terre l'excommunication tait l'poque un anticorps efficace. Il est devenu inefficace.
Les forces du mal pntrent les socits humaines lorsque leurs dfenses immunitaires s'amenuisent. Ces forces latentes rodent dans le cosmos l'afft de la moindre baisse immunitaire des socits humaines. Les terriens sont en train de subir leurs agressions. Les forces du bien, incarnes par la croyance en Dieu qui jusqu' lors les protgeait, ont perdu toute vigueur et ont ouvert un boulevard la maladie qui s'est installe et sont maintenant bien dveloppe.
La maladie se manifeste par une rumeur satanico-maonnique qui attaque les forces du bien afin de faire baisser leur vigilance. La voie libre, apparaissent alors des pustules ou plutt des parasites intelligents qui se fixent aux flancs du Terrien : les entreprises. Une fois installes, elles grandissent, grossissent, enflent en suant sa richesse jusqu' le faire dprir. Elles sont leves au rang d'idoles. Elles ont figure humaine mais n'ont rien d'humain. Elles ne se nourrissent pas des mmes aliments que lui. Elles ne respirent pas le mme air. Elles n'ont pas les mmes sentiments. Elles ont seulement besoin de capitaux. La mre de toutes les idoles est la Finance.
Une fois fixes aux flancs du Terrien, les idoles entreprises n'en partent plus. Elles commencent petites et grossissent au fil de la maladie. Plus elles grossissent, plus elles s'accrochent. Plus elles s'accrochent profondment, plus elles pompent de la richesse et la stockent. Plus elles pompent la richesse du Terrien plus elles l'puisent et le corrompent. Arrives ce stade rien ni personne au monde ne peut plus dtruire ces idoles entreprises. Elles ont besoin du Terrien pour exister et se dvelopper. Elles ne le tueront donc pas. Au contraire. Elles se feront un devoir de le maintenir en vie. Elles veilleront surtout ce qu'il ne s'autodtruise pas avec un conflit nuclaire.
Le pauvre Terrien, vivant mais malade, erre au fond du gouffre de la damnation. Rien ni personne dans l'univers de matire ne peut l'aider se dbarrasser des parasites intelligents dont il est couvert. C'est une maladie de l'intelligence humaine. Son salut ne peut venir que de l'instance dtentrice et mettrice d'intelligence : l'univers de mtamatire. Il dclenche alors un processus apocalyptique salvateur qui efface tout ce qui a entran le Terrien dans une telle situation et qui le fait repartir sur des bases bienfaisantes solides.