Six Allemands sur dix estiment ne plus avoir d'obligation particulière vis à vis d'Israël, plus de soixante ans après la fin de la dictature nazie, selon un sondage publié mercredi dans le magazine Stern.

Ce sont surtout les jeunes (70%), les Allemands issus de l'ex-RDA (68%) et partisans de l'extrême gauche allemande (72%) qui partagent ce point de vue, selon ce sondage représentatif réalisé le 8 janvier par l'institut Forsa.

"C'est une évolution dangereuse si parmi les plus jeunes le sentiment qui prédomine est que l'on doit tirer un trait et ne plus se préoccuper de ce qui s'est passé à l'époque du nazisme", a commenté le patron de Forsa, Manfred Güllner, sur le site internet du magazine.

Qui est responsable?
Plus d'un tiers des Allemands (35%) considère en revanche avoir une responsabilité particulière vis-à-vis d'Israël, ce que répète aussi inlassablement la classe politique allemande.

Les Allemands sont divisés sur la question de savoir qui porte la responsabilité dans le conflit actuel à Gaza: 30% nomment le groupe radical palestinien Hamas, 13% font porter la responsabilité sur Israël et 35% estiment que les deux parties sont responsables.

Le président de la police de Duisbourg (ouest de l'Allemagne) a présenté ses excuses mardi pour avoir retiré deux drapeaux israéliens lors d'une manifestation pro-palestinienne samedi contre la guerre à Gaza, ce qui avait indigné des organisations juives. La police avait expliqué avoir voulu ainsi éviter des échauffourées.

Belga