Zimbabwe et Chypre: Sonatrach sur de nouveaux marchés

Le Zimbabwe et Chypre convoitent le gaz et le pétrole algériens

Sonatrach sur de nouveaux marchés

La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach est en train de chercher de nouveaux débouchés pour ses ressources pétrolières et gazières non seulement au niveau européen, où elle est déjà bien implantée, ou encore américain et asiatique, mais également sur le plan régional.

L’ambassadeur d’Algérie au Zimbabwe, M. Ali Mokrani, a en effet, déclaré dans une interview à la presse zimbabwéenne que «des négociations sont en cours pour rétablir une alliance entre Sonatrach et la compagnie nationale pétrolière de ce pays, Noczim, afin de reprendre les approvisionnements en gaz et pétrole algériens vers le Zimbabwe».

M. Mokrani, cité par le quotidien Herald, a précisé qu’un tel arrangement «existait déjà par le passé mais a été interrompu au début des années 1990». Actuellement, a-t-il ajouté, «nous somme en train de le relancer».
Le diplomate algérien n’a cependant pas donné de précisions, sur les quantités de gaz et de pétrole que Sonatrach pourrait vendre à son homologue zimbabwéenne Noczim, mais a néanmoins fait savoir que la compagnie nationale «en plus des approvisionnements, pourrait envisager d’investir au Zimbabwe».

Il a souligné, dans ce cadre, que l’Algérie «a des ressources pétrolières et gazières abondantes et Sonatrach est justement la première compagnie en Afrique et la dixième dans le monde». La firme algérienne «prévoit de réaliser 30 % de son chiffre d’affaires à l’international d’ici à 2015. Pourquoi ne pas le faire au Zimbabwe ?», a-t-il observé.

Il y a trois ans, une délégation algérienne avait effectué une visite au Zimbabwe au cours de laquelle un mémorandum d’entente a été signé entre les deux pays. Selon les termes de cet accord, le Zimbabwe devait exporter des produits agricoles et miniers vers l’Algérie, et en importer en parallèle des produits pétroliers.

Sonatrach qui est désireuse de s’imposer de plus en plus sur le marché international mène en parallèle d’autres discussions avec d’autres pays en Europe dont elle assure déjà une bonne part des approvisionnements en gaz. Outre ses clients traditionnels, l’Algérie aurait engagé «des consultations avec Chypre pour des approvisionnements en gaz» et plus précisément en GNL.

Sonatrach a déjà prévu d’augmenter de 30 % ses capacités de production de GNL à l’horizon 2012, grâce à l’entrée en production des usines de Skikda et d’Arzew respectivement en 2011 et 2012.

Des consultations similaires sont également menées par Chypre avec l’Egypte, précise la même source. Chypre cherche à réduire l’utilisation du pétrole pour le fonctionnement de ses centrales électriques et voudrait lui substituer le GNL progressivement en l’introduisant sur le marché en 2014. Selon les estimations officielles, les besoins annuels de ce pays en GNL seraient de l’ordre de 1 milliard de mètres cubes.

L’autorité chypriote de l’électricité vient justement de lancer un appel d’offres international pour sélectionner des partenaires pour le développement, le financement et la gestion d’un terminal de regazéification.

Jeune Indépendant