Algérie : Afia adopte le week-end semi universel du vendredi-samedi

Par ali idir

L'une après l'autre, les entreprises algériennes adoptent le week-end semi universel du vendredi-samedi et abandonnent le repos hebdomadaire officiel du jeudi-vendredi. Afia, la filiale algérienne du géant saoudien de l'agroalimentaire Savola, a décidé de réaménager la semaine de travail dès dimanche 3 mai, a appris tsa-algerie.com auprès d'une source proche de cette société.

La direction de cette entreprise basée à Oran a informé ses employés que « le 1er jour de la semaine ouvrable sera le dimanche au lieu de samedi et le dernier jour le jeudi au lieu de mercredi ». En optant pour le week-end semi universel, Afia cherche à améliorer « l'efficacité de ses opérations, d'assurer une plus grande synergie avec les filiales de son groupe et de s'adapter au mode de fonctionnement d'un grand nombre de nos partenaires en Algérie et à l'étranger », selon la même source.

Afia, qui fabrique les huiles alimentaires qui portent le même nom, n'est pas la première entreprise basée en Algérie à réaménager la semaine de travail.

De nombreuses filiales locales de groupes étrangers et des entreprises privées l'ont déjà fait.

Comme Siemens Algérie dont les employés se reposent depuis la mi-février durant le vendredi et samedi.

La filiale algérienne du géant français Air Liquide a changé ses jours de repos hebdomadaire le 5 octobre 2008.

Le 6 septembre 2008, la Nouvelle conserverie algérienne (NCA), qui fabrique les jus de fruits "Rouiba", avait également annoncé le passage au week-end semi-universel.

Siemens, Air Liquide et Rouiba ont emboîté le pas à Arcelor-Mittal Annaba.
La filiale algérienne du géant mondial de l'acier avait décidé dès juin 2007 d'adopter le week-end du vendredi-samedi au lieu de jeudi et vendredi.

La décision, la première du genre pour un groupe industriel basé en Algérie, avait été applaudie par le Forum des chefs d'entreprises (FCE).

L'organisation patronale avait alors appelé ses adhérents à opter pour un nouveau week-end.

Pour sa part, l'UGTA soutient le réaménagement de la semaine de travail et le changement du premier jour ouvrable de la semaine du samedi à dimanche.

La centrale syndicale a préconisé aux pouvoirs publics de modifier les journées de repos hebdomadaire et d'opter pour le vendredi et samedi comme nouveau week-end pour tous les travailleurs algériens.

Mais le gouvernement n'a pas encore répondu, tout en laissant aux entreprises le choix de décider seules de modifier leurs journées de repos hebdomadaire.

En fait, les autorités avaient sérieusement envisagé, durant les années 90, de revenir au week-end universel pour lutter contre l'influence des islamistes radicaux.

C'était pour des raisons politiques. Aujourd'hui, les raisons sont beaucoup plus économiques.

L'abandon en 1976 du week-end universel pénalise fortement l'économie algérienne :

les opérateurs locaux ne travaillent que trois jours par semaine avec l'étranger (lundi, mardi et mercredi).

Selon les estimations de la société financière internationale (SFI, filiale de la Banque mondiale), l'Algérie perd chaque année, près d'un milliard de dollars, à cause du décalage entre le congé hebdomadaire local et le week-end universel, en vigueur dans les pays occidentaux, avec qui l'Algérie réalise l'essentiel de ses échanges commerciaux.

TSA