Le Premier ministre britannique demande pardon pour les notes de frais scandaleuses de la classe politique.

Le Premier ministre travailliste a profité d'un congrès d'infirmières, hier, pour présenter ses excuses « au nom des personnalités politiques, de quelque parti qu'elles soient » alors que Londres vit, depuis plusieurs jours, au rythme des révélations sur les notes de frais des députés et des ministres.

Ce week-end, le Daily Telegraph avait alourdi l'atmosphère. Le quotidien détaillait, vendredi matin, les drôles de remboursements réclamés par des élus travaillistes.

Tel député faisait entretenir son jardin par le contribuable, d'autres achetaient du fumier de cheval, un barbecue, du vernis à ongles aux frais de la princesse. Gordon Brown et son frère semblent avoir mélangé leurs portefeuilles au moment de régler une société de nettoyage...

Ces révélations aggravent le cas Brown, Premier ministre le plus impopulaire de l'après-guerre.

En cas de législatives, les travaillistes (23 %) se traîneraient à vingt-deux longueurs des conservateurs.

Ces derniers se sont peut-être réjouis trop vite car l'édition dominicale du Telegraph a révélé que des tories en vue ne sont pas moins mesquins.

Le contribuable a ainsi appris qu'il paie les croquettes des toutous de la porte-parole pour le Pays de Galles.

http://www.ouest-france.fr/actu/actu...29843_actu.Htm