C’est Abdelmalek Sellal, ministre des Ressources en eau, qui a été élu, ce mois-ci, l'homme de l’année 2008.

Portrait, pour Leaders, par un opérateur Tunisien implanté en Algérie.

21-05-2009

Enarque de formation, section diplomatie, la soixantaine grisonnante, un sourire affable, l’homme affiche le regard perçant des décideurs.

Abdelmalek Sellal, constantinois de souche, a démarré sa carrière dans les wilayas avant de gravir les échelons du pouvoir et dirigé les ministères dits sensibles – Intérieur, transport, jeunesse et sport, travaux publics – avant de prendre en charge le plus sensible d’entre tous, le Ministre des Ressources en eau car en Algérie, depuis des décennies, le slogan « el ain rahat » fait partie du quotidien de tous les algériens et il ne faut pas être surpris de voir dans les plus grands hôtels d Algérie, dans un coin, un seau plein d’une eau verdâtre que le chasseur vous montre d’un air accablé et désespéré...


Des objectifs ambitieux

M. Sellal, depuis qu il a pris en charge le ministère des ressources en eaux, s’est fixé des objectifs ambitieux: utiliser la manne pétrolière dans de grands projets hydrauliques qui permettront à ce grand pays de disposer de plus de 12 milliards de m3 mobilisables pour que l’on puisse assurer la continuité de la mobilisation jusqu au robinet et à l'agriculteur et faire oublier les longues années durant lesquelles l’eau était plus rare que le pétrole! Et quand les experts des organismes de financement le contactent, d’un revers de main, il leur répond : " on n'a pas besoin d’argent, on a besoin d’hommes et d’hommes qualifiés! "


La gageure était de taille, vu que " nos ancêtres les Gaulois " pour punir L'Algérie indépendante avaient emporté avec eux dans leurs bagages toutes les archives techniques et notamment les cartes géologiques, les plans des réseaux et toutes ces données précieuses que les experts savent utiliser pour optimiser leurs choix.

Or pour reconstituer ces documents, il faut plus d' un siècle, alors qu’ils sont en train de nourrir les souris d’Aix en Provence…

Qu'a cela ne tienne, et même si les données font défaut, il faut aller les chercher d’une manière ou d’une autre et on vit arriver des hordes d'experts français payés à prix d’or – une journée d’expert ne coûte actuellement l’équivalent d’une vingtaine de barils de pétrole – lesquels, semble-t- il, auraient pu avoir accès à ces données et ces cartes.

Ils préparèrent ces dossiers et les grands chantiers de barrages démarrèrent,avec si nécessaire la protection de l'armée dans les zones dites à risques, les réseaux d'AEP se remirent à fonctionner avec la collaboration des distributeurs d’eau français et actuellement, quand vous êtes dans un hôtel en ALGERIE, faire une douche le matin, cela relève du "miracle Sellal !


Une modestie légendaire

Et la presse algérienne ragaillardie par cette eau retrouvée ne s'y est pas trompée en l’élisant homme de l’année.

Cela n'affecte en rien sa modestie légendaire et son naturel car il a compris que cette précieuse ressource est le garant fondamental de la sécurité d un pays et demande d’abord à être connue en quantité et en qualité et ensuite à être gérée, et ce, dans de bonnes conditions.


L'homme voit loin, très loin. Il pense déjà aux ressources non conventionnelles, aux possibilités de ressources de remplacement pour des industries qui, souvent, consomment l'équivalent d une ville assoiffée et garde son sourire et son ineffable modestie; cela ne l'a pas empêché, parallèlement à ses activités courantes, de diriger avec brio et panache, la campagne des élections présidentielles du Président Bouteflika et à faire appel aux meilleurs experts internationaux de la communication, car il a compris quelque chose de fondamental pour un éminent homme politique: aller chercher les bonnes compétences là où elles sont et bien les utiliser.

MB

http://www.leaders.com.tn/article.php?aid=823