En matière de technologie et du transfert de savoir-faire, l'Algérie mise sur la coopération avec la Corée du Sud.

Cette coopération bilatérale sera concrétisée par un développement de l'économie numérique et la mise en place, tel que proposé par l'Algérie, d'une stratégie e-Algérie 2013 qui consiste en la construction d'un réceptacle d'appropriation des technologies de l'information et de la communication (TIC), la stimulation des recherches et le développement des TIC.

Le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, M. Hamid Bessalah, a exprimé, hier, lors d'une audience accordée au vice-ministre de l'Economie et de la Connaissance et président de la partie coréenne de la 6e session de la Task-force algéro-coréenne, M. Kim Young Hak, le souhait de l'Algérie de voir la coopération avec la République de Corée «aller très vite» en matière de technologie et de transfert d'un savoir-faire coréen réel en identifiant les mécanismes appropriés, notamment dans l'ingénierie des réseaux de télécommunications, le coatching, la recherche-développement et l'innovation».

Pour l'application de la stratégie e-Algérie 2013, le ministre a cité le Centre algérien des technologies de l'information et de la communication et des technologies avancées (Caticta) qui va renforcer ses capacités d'innovation en rapprochant les chercheurs de ce centre de leurs homologues coréens.

Pour profiter de l'expérience sud-coréenne en terme de parc technologique et d'incubateur, le ministre a souhaité que des équipes de recherche et de développement puissent se déplacer en Corée et être en contact avec leurs homologues coréens.

Il a relevé dans ce cadre que Korea-Telecom, qui vient de s'installer en Algérie, ainsi que d'autres opérateurs (de ce pays), ont la possibilité d'intervenir dans des domaines comme la mise à niveau du réseau des télécommunications ainsi que la mise en place des plates-formes de e-gouvernement, en plus d'autres aspects entrant dans le cadre de la stratégie e-Algérie 2013 (e-banking, e-commerce...).

De son côté, le vice-ministre coréen a insisté sur la mise en place d'un «partenariat stratégique», particulièrement dans les domaines des TIC.

Quant à lui, l'ambassadeur de la République de Corée, M. Choi Sung-Joo, a souligné que la coopération dans le domaine des TIC «ne peut être traduite qu'à travers le transfert de technologie», selon un communiqué du ministère, repris par l'APS.

«L'expérience coréenne, accumulée dans le développement et l'usage des TIC, intéresse à plus d'un titre l'Algérie afin de mettre en place une coopération fructueuse orientée vers un transfert du savoir-faire et de la technologie», est-il cité dans ce communiqué.

Au 2e jour de cette 6e session de la Task-force algéro-coréenne, le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, a affirmé après avoir reçu le vice-ministre sud-coréen que la Corée du Sud «est consciente que l'Algérie a un grand rôle à jouer dans le domaine de la coopération bilatérale, mais aussi en tant que porte d'accès aux espaces méditerranéen et africain».

Pour Medelci, la Corée du Sud «possède les moyens et la détermination qui permettent à l'Algérie de concrétiser la diversification de l'économie», d'autant, a-t-il dit, que les relations politiques entre les deux pays y sont favorables et qu'elles iront crescendo.

Les domaines de coopération sont «très vastes» entre l'Algérie et la Corée du Sud, laquelle est «très active» et «efficace» dans l'exportation de son expérience industrielle, notamment vers la Méditerranée et l'Afrique, a affirmé M. Medelci.

B. Mokhtaria (Continental News)