Cheb Mami veut purger sa peine en Algérie, son pays d'origine. Une source proche du chanteur a indiqué à tsa-algerie.com que Mami s'apprête à introduire une demande dans ce sens auprès des autorités judiciaires françaises.

Selon nos informations, la demande a déjà le soutien des autorités algériennes qui vont l'appuyer auprès du gouvernement français. Le chanteur de raï est en effet connu pour sa proximité avec le président Abdelaziz Bouteflika.

La star du raï Cheb Mami a été condamnée, le 3 juillet, à une peine de 5 ans de prison ferme par le tribunal de Bobigny (région parisienne) pour tentative d'avortement forcé sur son ex-compagne.

Cheb Mami, 42 ans, possède plusieurs arguments pour appuyer sa demande.

Le chanteur est Algérien, même s'il possède la nationalité française, et toute sa famille proche -notamment sa mère, âgée et malade- vit en Algérie.

Pour le chanteur, purger sa peine dans une prison algérienne va faciliter la tâche à ses proches qui souhaitent lui rendre des visites. Autre raison : les faits pour lesquels il a été condamné se sont déroulés en Algérie.

Enfin, en France, le dossier n'est pas particulièrement sensible auprès de l'opinion publique locale et une décision favorable à Cheb Mami ne devrait pas susciter des réactions particulières d'indignation.

La justice française est habituée à traiter ce type de dossiers.

Plusieurs ressortissants français condamnés à l'étranger ont pu purger leur peine en France.

Parmi les cas les plus célèbres figure celui du chanteur de Noir Désir Bertrand Cantat : condamné en août 2003 en Lituanie pour la mort de l'actrice Marie Trintignant, il a été transféré en France dès septembre 2004 pour y purger sa peine.

Autre cas : les six membres français de l'association humanitaire l'Arche de Zoé, condamnés en 2007 à huit ans de travaux forcés au Tchad avant d'être transférés en France où ils ont été graciés.

TSA