Par ali idir , le 11/07/2009

Les mauvaises nouvelles se multiplient pour les entreprises françaises en Algérie.

Le groupe de construction Bouygues, via sa filiale Colas Rail, vient de perdre un contrat de 40 millions d'euros dans les chemins de fer.

L'Agence nationale des investissements ferroviaires (Anesrif) a en effet annulé l'attribution du projet relatif aux études et travaux d'assainissement ainsi que le renouvellement de rail des lignes reliant Mohammadia dans la wilaya de Mascara à Mostaganem et Oued Tin à Arzew en passant par Marsat El Hadjadj près d'Oran.

L'Anesrif avait attribué ce projet il y a quelques mois au groupement franco-algérien Sécorail-Sotref.

La société Sécorail a été rachetée par Colas Rail, filiale de Bouygues.

Le projet était en instance à la Commission nationale des marchés publics.

Bouygues construction a quitté l'Algérie fin mars après plusieurs années de présence infructueuse et Colas Rail a décidé également de faire ses bagages après avoir modernisé la ligne ferroviaire Bejaia-Beni Mansour.

L'organisme public n'a fourni aucune explication concernant cette annulation. En Algérie, les attributions de marchés sont rarement remises en cause.

http://www.tsa-algerie.com/L-Algerie...le-f_7424.html