POUR TRANSFERT ILLICITE DARGENT, FAUSSE DOMICILIATION BANCAIRE ET DYSFONCTIONNEMENTS FISCAUX

Soupons avrs sur 3 grands groupes algriens
22 Juillet 2009

Le chiffre daffaires, le poids du groupe, la qualit des investissements et les dclarations au fisc ont permis lidentification.

Opration mains propres ou simple procdure administrative?

Lon en saura davantage au terme des enqutes menes au sein de plusieurs groupes industriels algriens.

De sources proches du dossier, LExpression a appris que lExcutif vient de donner son aval pour dpcher un groupe denquteurs, compos dauditeurs de la Banque dAlgrie, dinspecteurs des finances au niveau des banques trangres o ces groupes domicilient leur argent, mais aussi lintrieur des groupes industriels concerns.

Lobjectif, a-t-on appris, tant de contrler les transactions financires, les dossiers fiscaux.

La mission du groupe ne sarrtera pas l. Le gouvernement veut savoir do vient la fortune des hommes daffaires la tte de ces groupes?

Et comment la-t-on fructifi ces vingt dernires annes?.

Ce nest pas une guerre que nous menons contre ces groupes, mais lEtat a le droit de contrler tous les circuits financiers emprunts par ces richissimes.

Nous ne ciblerons personne travers cette opration, ajoute notre interlocuteur, mais nous ne fermerons pas les yeux sur les dpassements constats.

Notre source ajoute que cette initiative a t accueillie avec comprhension par les concerns.

La preuve est que ces derniers ont mis la disposition des enquteurs les documents et les pices demands.

Aucune entrave nest enregistre quelques jours du dmarrage de lopration, ce qui est vu comme un bon signe de la part de lAdministration.

Quels sont les critres arrts par le gouvernement pour dterminer les cibles?

La premire liste a fait lobjet de concertation profonde et srieuse plusieurs niveaux.

Le chiffre daffaires, le poids du groupe sur le march, la qualit des investissements mens sur le terrain, les dclarations au fisc, sont autant dlments dterminants.

Lenqute nest pas limite dans le temps.

Un feu vert a t donn aux inspecteurs pour tudier soigneusement les dossiers en leur possession.

Dautres intervenants, si besoin est, pourraient se joindre cette opration que le gouvernement aimerait mener dans la discrtion afin dviter les polmiques. Mais surtout la confusion.

Ce genre de travail se fait dans le monde entier et la dmarche na rien dextraordinaire.

Pour cette raison, il serait important de ne pas confondre entre les scandales financiers qui ont clabouss la sphre conomique nationale, et cette dernire dmarche, insiste notre source.

Tout compte fait, cette opration sinscrit dans la nouvelle vision sur linvestissement que le Premier ministre M.Ahmed Ouyahia dfend depuis son retour lExcutif.

Lassainissement du secteur qui a commenc, notamment par la rvision des dispositions rgissant linvestissement en Algrie, ne concerne pas uniquement nos partenaires trangers.

Cest la premire leon tirer de ces enqutes.

Ce qui contredit la thse soutenue par certains investisseurs trangers nayant pas hsit parler de sgrgation.

Fini le bricolage, fini le laxisme, ce sont les deux mots dordre attribus ces enqutes.

Cela rejoint le discours du Premier ministre qui a rappel, lors de ses diffrentes sorties mdiatiques, que les choses ne seront plus comme avant.

Avant, ctait la priode o le terrorisme battait son plein.

Une priode qui a vu une anarchie sans prcdent dans la sphre conomique nationale.

Rappelons, en 2007, les oprations de contrle fiscal des entreprises trangres implantes en Algrie. Plusieurs filiales de groupes trangers avaient reu les visites des contrleurs des impts.

Ces derniers sintressaient particulirement aux transferts de devises et au respect du dispositif dinvestissement par ces socits.

Ces oprations se sont limites toutefois quelques entreprises, les plus importantes: banques, oprateurs de tlphonie mobile...

Contrler lensemble des entreprises trangres implantes en Algrie demanderait plusieurs annes aux inspecteurs des impts.

Le Fisc algrien na pas les capacits pour mener une opration dune telle envergure.

Achira MAMMERI

http://www.lexpressiondz.com/article...-22/65814.html