Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: Cette Tunisie qui nous fascine

  1. #1
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    10 956

    Par défaut Cette Tunisie qui nous fascine

    DES CENTAINES DE MILLIERS D’ALGÉRIENS Y PASSENT LEURS VACANCES
    Cette Tunisie qui nous fascine
    28 Juillet 2009

    Mais qu’y a-t-il donc de si extraordinaire au pays de Ben Ali pour «détourner» les Algériens des principales destinations touristiques comme le Maroc, la Grèce, la Turquie ou l’Egypte?

    Affirmer que ce petit pays qui voit les choses en grand fascine véritablement les Algériens n’est pas un coup de publicité gratuite.

    Ce sont les professionnels du tourisme qui l’affirment en s’appuyant évidemment sur des données de terrain incontestables: 8000 personnes et près de 1000 voitures traversent chaque jour notre frontière Est
    .
    Avec un pareil flux qui pulvérise tous les records, il faut dire que la Tunisie n’est pas n’importe quelle destination pour les touristes algériens.

    Les prévisions annoncent que près d’un million de touristes algériens, toutes classes confondues, vont fouler le sol tunisien cette année encore.

    Les villes de Sousse, Nabel, Yasmine-Hamammet de même que l’île de Djerba, pour les plus nantis, vont s’algérianiser l’espace d’un été.

    Mais qu’y a-t-il donc de si extraordinaire au pays de Ben Ali pour «détourner» les Algériens des principales destinations touristiques comme le Maroc, la Grèce, la Turquie ou l’Egypte?

    Par quelle magie les Tunisiens arrivent-ils à détacher les Algériens de la Grèce avec son cortège de mythes, ses montagnes et ses côtes, ses îles et ses villages pittoresques?

    Comment font-ils pour concurrencer les offres alléchantes d’Istanbul, Antalya, Izmir et Cappadoce en Turquie?

    Comment arrivent-ils à défier touristiquement la vallée des rois, le Caire, Alexandrie, le Sinaï, Sharm el Sheikh, le pays des pyramides et des momies?

    Comment font-ils pour supplanter le Maroc avec ses villes impériales, sa cuisine raffinée et ses côtes atlantiques?

    Pour réussir ce challenge auprès des touristes réputés pour être très exigeants, les raisons sont multiples.

    Il y a d’abord la proximité (Tabarka est à 2 heures de route de Oum Tboul), la qualité de l’accueil, les prix relativement abordables, les infrastructures qui n’ont rien à envier aux palaces européens et enfin et surtout la sécurité.

    Mais ces atouts suffiront-ils à un pays pour qu’il prétende attirer les millions d’euros que dépensent chaque année les Algériens qui retrouvent le goût du voyage?

    La réponse est non, en ce sens qu’entre la Tunisie et l’Algérie il y a une autre qualité de rapports qui remonte à de lointaines dates historiques.

    Depuis le soulèvement d’El Mokrani en 1871 quand de nombreux Algériens ont fui la répression coloniale pour s’établir en Tunisie, durant la guerre de Libération quand le FLN avait installé sa base à Ghar Dimaou et le siège du Gpra à Tunis et, plus récemment, quand les autorités tunisiennes ont laissé ouvertes leurs frontières avec l’Algérie, défiant ainsi le reste du monde qui imposait tacitement un embargo alors que l’Algérie était en pleine guerre contre le terrorisme.

    Finalement, à chaque fois que l’Algérien se sent mal, il se tourne vers la Tunisie et la porte lui est grande ouverte.

    Et donc au-delà des offres strictement touristiques qui lui sont offertes, il y a ce côté intrinsèque qui attire l’Algérie vers la Tunisie et ce n’est pas maintenant qu’il a retrouvé le goût du voyage qu’il va troquer son pays d’accueil pour «une poignée d’exotisme».

    De leur côté, les Tunisiens ne sont pas restés les bras croisés en priant le bon Dieu que l’amour des Algériens pour leur pays ne s’érode pas.

    Les Algériens qui s’y sont rendus témoignent de leur savoir-faire dans l’accueil.

    On se démène pour celui qui nous ramène de la devise, semble être un credo chez nos voisins tunisiens.

    Le touriste algérien est classé en Tunisie parmi les plus dépensiers puisque l’Algérien dépense pas moins de 500 dollars par semaine, ce qui le classe parmi les clients les plus importants, notamment après la régression du tourisme à cause de la crise financière mondiale.

    Selon des rapports tunisiens, le nombre de touristes algériens visitant la Tunisie a atteint 1,2 million de touristes, un chiffre qui place l’Algérien comme revenu important en matière de devises.

    Il faut dire que tout le génie tunisien est d’avoir réussi le double pari d’attirer et de fidéliser la clientèle algérienne.

    Brahim TAKHEROUBT

    http://www.lexpressiondz.com/article...-28/66044.html

  2. #2
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    10 956

    Par défaut Poste frontalier d'El Hdada :2500 personnes y transitent quotidiennement

    POSTE FRONTALIER D’EL HDADA
    2500 personnes y transitent quotidiennement
    28 Juillet 2009 -

    La Tunisie demeure la destination préférée des Algériens. L’afflux se fait de plus en plus important en juillet-août aux postes frontaliers algéro-tunisiens.

    Il n’y pas d’heure précise pour le passage, les postes frontaliers sont en activité permanente depuis le mois de juin, notamment pour les premiers vacanciers.

    La journée passée au niveau des postes frontaliers de Sakiet Sidi Youssef, El Hdada et Ouled Moumen, dans la wilaya de Souk Ahras, informe tant sur le trafic du transit des Algériens qui ont choisi la Tunisie pour y passer l’été.

    L’afflux est semblablement revu à la hausse cette année, mais il est surtout précoce au vu de l’approche du mois de Ramadhan, prévu cette année pour le 20 août.

    Une situation qui a poussé les travailleurs à plier bagage pour partir en vacances plus tôt que prévu.
    Il est 5 heures du matin, température encore ambiante pour les premiers véhicules en file d’attente. Différentes couleurs et différentes plaques d’immatriculation, toutes à la queue leu leu avec le même but: passer quelques jours sur la côte tunisienne.

    Les éléments de la Police des frontières et ceux de la Douane veillent à ce que le passage soit le plus rapide possible.

    Les deux équipes se relaieront: les uns contrôlent les papiers et les personnes, les autres les véhicules.

    Tout se passe dans une ambiance estivale mais surtout positive, selon certains vacanciers sur place venus de toutes les régions du pays.

    L’attente n’est que de 10 minutes, au plus 15 minutes.

    Cette rapidité dans l’opération de contrôle est due au renforcement du poste de police et de douane en effectifs en vue d’assurer un service 24/24.

    Et c’est d’ailleurs le cas. Ecoutons un élément de la police des frontières: «Nous travaillons de jour comme de nuit car il y a des vacanciers qui arrivent au poste de frontière tard dans la nuit, voire à 1h ou 2h, notamment ceux qui arrivent de la capitale.

    De ce fait, nous nous devons d’assurer leur passage dès leur arrivée».

    Par ailleurs, l’effet marquant dans les opérations de contrôle c’est la souplesse adoptée par les services algériens qui, dans le souci de permettre à leurs compatriotes estivants de passer un agréable séjours en Tunisie, ne prennent pas en compte les sommes en devises emportées. Même comportement vis-à-vis des ressortissants tunisiens entrant en territoire algérien.

    C’est pour dire que les facilités à l’égard des touristes sont de mises, une façon de contribuer à la promotion du tourisme dans les deux sens.

    Souplesse et vigilance

    Une famille de Bouira, interrogée à ce sujet, relève: «La rapidité du contrôle aussi bien des policiers que des douaniers est un bon signe auquel s’ajoutent la positivité des rapports ainsi que les facilité accordées par ces services aussi bien pour nous que pour les Tunisiens qui viennent passer des vacances chez nous.» «C’est là la bonne volonté de vouloir faire du tourisme un secteur important en attirant les touristes avec quelques facilités, sans porter atteinte au pays bien naturellement», a ajouté M.Aït S.M., banquier de son état, qui part pour une dizaine de jours à Hammamet en emportant avec lui la coquette somme de 8000 DAT et 300 euros.

    Outre les congés habituels, l’arrivée prochaine du mois sacré de Ramadhan a accéléré les départs en vacances, ce qui a augmenté le trafic au niveau des postes frontaliers avec l’augmentation du nombre des estivants, les familles notamment. Les statistiques record enregistrées sur les lieux font état de 2500 personnes/j et plus de 900 véhicules qui transitent par ces postes de frontière.

    L’année 2008, avec un trafic moindre, il a été enregistré quelque 200 personnes et 100 voitures. Quant aux destinations préférées des Algériens, certaines personnes interrogées au niveau du poste d’El Hdada avouent être plus attirées par Sousse, d’autres par Nabel, d’autres par contre, Hammamet et El Kef.

    Le conducteur d’un 4X4, à son bord une famille de quatre personnes et immatriculé dans la wilaya de Béjaïa, nous dira: «Je suis un habitué de la ville de Sousse.

    Chaque année j’y passe un séjour avec mes deux enfants et ma femme, cette ville typiquement touristique exerce son charme sur moi.» Affichant un timide sourire, le conducteur ajoute: «Les villes de mon pays sont plus belles, me diriez-vous, je vous dirais qu’elles ne sont pas touristiques du tout!»

    En effet, c’est là un point de vue partagé par une famille de Oued Souf qui, après avoir passé quelques jours sur la côte de Annaba la Coquette, déçue, décide de plier bagage et de se rendre en Tunisie pour rattraper le temps gâché des vacances.

    Le conducteur d’une 407 «Nové», en apparence un «bourge», puisque le chef de famille un homme environ la cinquantaine, nous révèle:

    «J’ai trouvé Annaba, mais pas la Coquette, alors j’ai décidé d’aller en Tunisie, précisément à l’île de Djerba.» Djerba la Douce, où beaucoup d’Algériens se rendent pour un séjour en véritable touriste.

    Une autre catégorie se rend par contre à la petite ville de Tabarka, juste pour prendre un café, ou un repas, notamment ceux habitant El Kala, ville côtière du poste frontalier d’Oum Etboul dans la wilaya d’El Tarf.

    Pour 30 euros, un transitaire peut entrer en Tunisie, faire une tournée et dîner dans l’un des hôtels ou restaurants, pour rentrer en fin de journée.

    C’est pour dire que le même rythme d’activité est observé au niveau de ce passage frontalier Est du pays.

    La police des frontières et le poste des douanes activent sans relâche, donnant l’impression d’une fourmilière où chaque élément accomplit sa tâche avec exactitude. H/24 sont les horaires de ces équipes qui travaillent par intermittence, permettant le contrôle et le passage vers d’autres postes dans les meilleurs délais.

    Immatriculés à Constantine, Khenchela, Sétif, Skikda et d’autres wilayas, mais surtout Annaba, les véhicules se suivent en files indiennes pour subir le contrôle d’usage avant d’entamer les grandes vacances.

    Sur le nombre des passagers, il y a lieu de noter que le chiffre n’est pas moindre que celui des autres postes frontaliers situés dans la wilaya de Souk Ahras, puisque les statistiques retenues jusqu’à ce jour donnent plus de 4000 personnes/j et plus de 1500 véhicules.

    C’est une augmentation record, ont affirmé les pronostics des experts tunisiens versés dans le secteur du tourisme qui, lors de leur dernière rencontre avec leurs homologues algériens à l’hôtel Sabri à Annaba en mai dernier, avaient tablé sur un million de touristes algériens pour l’été 2009.

    Si pour les postes implantés respectivement sur les wilayas de Souk Ahras et El Tarf les statistiques font état de chiffres record, qu’en est-il alors des autres points de passage à l’image de ceux de Tébessa et d’El Oued?

    Par ailleurs, si les Algériens se rendant en Tunisie sont attirés par le tourisme de ce pays voisin et ami, les Tunisiens par contre sont attirés par le gasoil algérien car le poste frontalier de Sakiet Sidi Youssef, à lui seul, a enregistré en une seule journée l’entrée de 300 voitures qui retournent presque la même journée avec des réservoirs pleins de mazout et chargés d’autres produits...

    Wahida BAHRI
    http://www.lexpressiondz.com/article...-28/66045.html

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •