De faux dossiers techniques vendus 1 million de centimes

L’enqute diligente par la brigade de recherche du groupement de la wilaya d’Alger de la Gendarmerie nationale sur un vaste trafic de ciment dont nous avons rapport quelques dtails dans les prcdentes ditions, a abouti de nouvelles rvlations.

C’est ainsi que les enquteurs de cette brigade ont dcouvert que de faux dossiers techniques achets 1 million de centimes chacun ont t utiliss pour permettre certains entrepreneurs de s’alimenter en quantits importantes de ciment auprs de cimenteries, apprenons-nous de source proche de l’enqute.

Le procd est simple, utiliser ces faux documents pour attester de l’octroi d’importants projets, prsenter ces faux dossiers et, ainsi, s’alimenter auprs de ces cimenteries.

Le pot aux roses a t dcouvert, en premier lieu, la cimenterie de Ras Hamidou et celle de Sour El Ghozlane, ajoute cette source.

Des entrepreneurs ont prsent, travers ces faux dossiers, des projets fictifs de ralisation de logements sociaux et participatifs.

Dans la plupart des cas, ces entrepreneurs ont prsent de faux contrats avec l’Office de promotion et de gestion immobilire (OPGI).

Ce que les enquteurs ont not, c’est l’absence de contrle de la part des services commerciaux des cimenteries concernes par cette affaire.

Des dplacements ont t effectus par les enquteurs de la brigade de recherche du groupement de la wilaya d’Alger de la Gendarmerie nationale sur les lieux censs, selon ces faux dossiers, abriter ces projets et ont dcouvert qu’aucun chantier n’tait install. Il s’agit de projets fictifs.

Un dossier technique est exig par les cimenteries aux entrepreneurs engags dans la ralisation de projets pour les alimenter en quantits de ciment suffisantes pour la concrtisation de ces projets.

Ces dossiers doivent contenir des contrats signs avec le matre de l’ouvrage, ainsi que d’autres documents dont celui prouvant l’octroi du march.

Ces faux dossiers techniques contiennent de faux documents de faon obtenir ces quantits de ciment.

L’enqute de la Gendarmerie nationale a dcouvert que ces entrepreneurs coulent ensuite ces quantits de ciment achetes auprs de ces cimenteries, au prix de 280 DA ou 320 DA le sac, des acheteurs au prix de 400 DA le sac, qui, leur tour, les revendent un prix pouvant atteindre jusqu’ 700 DA le sac.

Suite la dcouverte de cette affaire, la Gendarmerie nationale mne une enqute qui touche les cimenteries de Mascara, Meftah, Tbessa, Chlef et Sada, apprenons-nous de cette source.

Il est noter, par ailleurs, que le trafic de ciment cause un certain prjudice au programme de ralisation de 1 million de logements inscrit dans le nouveau plan quinquennal, puisque des entrepreneurs engags dans ce projet n’arrivent pas obtenir les quantits suffisantes de ciment.

Le Jour d'Algrie
----------------------------------------------------------------------