Lancien snateur Djameleddine Habibi a rvl lhebdomadaire El-Khabar El-Ousboui ses vrits relatives la guerre de Libration nationale.

Celles-ci sont demeures jusque-l des postulats indmontrables.

Rym Nasri - Alger (Le Soir) -

Djameleddine Habibi prcise, dans son entretien, que lagression du Maroc sur lAlgrie en 1963 a t prtendue par lancien prsident Ahmed Ben Bella. Cette mise en scne, selon lui, a t invente pour mettre un terme aux conflit internes et la lutte pour le pouvoir.

Mais pourquoi lattaque des Marocains na jamais t conteste par qui que ce soit ?

A ce sujet, lintervenant dfie le commandement de toute contestation. Cet ancien moudjahid a galement parl dassassinat des deux martyrs Si El- Haous et Amirouche, incriminant le groupe de Oujda et de Gardimao.

La Rvolution algrienne a t mine de lintrieur par des intrus.

Elle a t trahie et a connu deux types de victimes, a-t-il dit.

Et dexpliquer quil y a ceux qui ont t tus par la France et ceux qui ont t assassins par dautres. Mais qui sont ces autres ?

Le commandement de la rvolution et le groupe de Oujda, des frontires et de Gardimao !

Aujourdhui, cest facile de dnoncer les auteurs, mais assassiner quelquun et revenir des annes plus tard pour le rhabiliter, cest ce qui est inconcevable , sindigne-t-il.

Il a voqu, par la mme, les dpassements enregistrs durant la guerre de libration et toutes ces liquidations des officiers et des commanditaires de la Rvolution quil a qualifis de purs actes de terrorisme.

Dans le mme registre, Djameleddine Habibi a accus Boumediene et Ben Bella de lexcution du colonel Mohamed Chabani, en octobre 1964.

Ils auraient pu lui accorder la grce, mais ils ne lont pas fait, car ctait quelquun qui gnait beaucoup, tant fidle aux principes de la Rvolution.

Sagissant du million et demi de martyrs, linvit d El-Khabar El-Ousboui a assur que ce chiffre imaginaire nest quun prtexte pour dilapider largent du peuple. Malheureusement, poursuit-il,

ce mensonge auquel on croit toujours nous a cot des milliards et permet de continuer puiser annuellement de grandes sommes dargent du Trsor public.

Un mensonge quil a assimil lhistoire des faux moudjahidine.

Enfin, lancien snateur a dplor la situation actuelle que vit lAlgrie.

Notre pays est devenu un atelier de banditisme o rgne le vol des biens de lEtat et lappauvrissement du peuple, a-t-il affirm.

Il en dduit, par l mme, que lAlgrie qui se morfond entre les mains des malfaiteurs se retrouve de nouveau colonise aprs que les moudjahidine lont libre du colonisateur franais.

Il conclut son entretien en disant que le prsident Bouteflika continue dans la politique de prestige mene auparavant par lancien prsident Houari Boumediene.

R. N.( Le Soir d'Algrie)