L'Algérie veut réaliser une ligne ferroviaire à grande vitesse entre l'est et l'ouest du pays.

L'Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif) a entamé officiellement, mardi 25 août, les démarches pour le recrutement de sociétés spécialisées pour l'étude d'un TGV entre la frontière algéro-tunisienne et la frontière algéro-marocaine, sur 12000 km, avec une vitesse d'exploitation de 350 km/h.

Le futur TGV devrait être construit parallèlement à l'autoroute Est-ouest, actuellement en chantier.

Il traversera les wilayate de Tlemcen, Sidi Bel Abbes, Ain Temouchent, Oran, Mostaganem, Mascara, Relizane; Chlef, Ain Defla, Blida, Alger, Médéa, Djelfa, Laghouat, Ghardaia, Boumerdes, Bouira, Bouira, Bordj Bou Arreridj, Sétif, Constantine, Guelma, Skikda, Annaba et Tarf.

Les candidats intéressés par cette étude devront déposer leurs offres avant le 25 octobre prochain, selon Anesrif.

La construction d'un TGV entre l'est et l'ouest du pays, avec des pénétrantes vers le sud, devrait permettre d'améliorer considérablement les conditions de transport des Algériens et permettre à l'Algérie de dépasser ses voisins marocain et tunisien en matière d'infrastructures de base.

Une autoroute et un TGV constituent des atouts clés pour attirer des investisseurs étrangers et développer de vastes régions du pays, actuellement enclavées faute de moyens de transports modernes.

Par ailleurs, l'Anesrif a déjà lancé les études de nouvelles lignes ferroviaires électrifiées pour une vitesse d'exploitation à 220 km/h, la vitesse retenue pour l'ensemble du réseau ferroviaire existant et futur.

http://www.tsa-algerie.com/Coup-d-en...km-h_7756.html