LE CAIRE, 26 aot - RIA Novosti.

Il sera impossible l'Algrie de remplacer, moyen terme, les normes quantits de gaz russe qui alimentent l'Europe tous les ans, a estim mercredi l'expert en hydrocarbures Abdel-Madjid Attar, ancien PDG du groupe ptrolier Sonatrach.

Auparavant, les mdias arabes ont publi un rapport du centre britannique Oxford Business Group selon lequel l'Algrie possderait un potentiel d'exportation suffisant pour augmenter des livraisons de gaz en Europe et dlivrer ainsi les pays de l'Union europenne (UE) de leur dpendance gazire vis--vis de la Russie.

"Les rapports concernant les capacits d'exportation de gaz algrien vers l'Europe sont trs exagrs surtout en ce qui concerne l'exportation de quantits supplmentaires", a indiqu l'analyste, cit par le quotidien Echorouk.

Selon M.Attar, tous les regards sont tourns prsent vers les gigantesques champs gaziers de Hassi R'Mel et Hassi Messaoud qui produisent 70% de tout le gaz algrien. On se propose notamment grce l'exploitation de ces gisements d'augmenter les exportations annuelles de gaz 80 milliards de mtres cubes alors que les quantits actuelles varient entre 62 et 65 milliards de mtres cubes annuels.

Toutefois, l'expert ne voit pas pour le moment de nouveaux gisements de ptrole et de gaz susceptibles d'galer les champs voqus. Les poches gazires les plus importantes se trouvent dans l'ouest du pays, notamment Reggan et Timimoun, mais leur capacit ne peut excder les 10 ou 12 milliards de mtres cubes, tandis que la demande locale en lectricit et en gaz augmente de 8% par an. Par consquent, les quantits exportes ne peuvent connatre une forte hausse.

La Russie satisfait 40% des besoins gaziers de la quasi-totalit des pays europens, et l'Algrie ne couvre que 12% des besoins en gaz de l'UE.