En raison de graves diffrends commerciaux : 49 bateaux de pche algriens confisqus en Turquie

Les chantiers navals turcs et leur tte Ana Group se sont taill la part du lion dans les deux programmes de soutien et de relance conomique pour le secteur de la pche et de laquaculture.

Des financements fonds perdus pour lessentiel qui ont atteint la somme astronomique de 17 milliards de dinars, soit 1700 milliards de centimes.

Le programme prvoyait la construction de 400 nouvelles units pour booster le secteur de la pche, mais rien na vraiment chang pour le consommateur algrien.

Le programme sest enlis. Aujourdhui, les promoteurs, qui ont trait avec les Turcs, sont en colre.

Ceux qui ont rceptionn leurs bateaux nont pas pu les mettre en activit cause dune multitude de dfauts qui ont entran des pannes.

Ils nont pas pu aussi rembourser leurs traites.

Le prsident de leur association au sein de lUGCAA a dclar que 75% des bateaux construits en Turquie sont en panne et quil a demand lintervention du prsident de la Rpublique pour secourir le secteur.

Pour ceux qui attendaient la livraison de leur embarcation,

cest encore plus grave. Les constructeurs turcs ont exig, selon des sources proches des armateurs, de 100 000 140 000 euros (12 17 millions de dinars) supplmentaires pour des chalutiers qui cotent entre 50 et 70 millions de dinars. Pourtant, les prix sont fermes et non rvisables dans les contrats signs Alger sous la caution du MPRH.

Le plus pnible dans cette affaire, cest que lEtat algrien ne sest pas impliqu pour encadrer ce programme de bout en bout.

Cest le ministre de la Pche qui nous a pousss vers les Turcs , dnoncent des promoteurs qui menacent de divulguer certaines vrits.



On parle de magouilles entre les promoteurs, dont beaucoup ne sont pas du mtier, des cadres centraux du MPRH qui distribuent les autorisations, la Badr qui octroie les crdits et les constructeurs turcs.

Les bateaux construits ne sont pas conformes aux cahiers des charges.

On a remplac des organes par dautres de moindre qualit et de moindre prix pour rcuprer une partie du financement, jusquau quart, qui a t dtourne dautres fins.

Pour ceux qui nont pas pu payer temps, leurs bateaux ont t tout simplement confisqus ou saisis pour tre mis en vente.

Et avec eux, les apports personnels des promoteurs de lordre de 10 20% du montant de lembarcation. Des Algriens ont t jets en prison pour divers prtextes, mais surtout parce quils avaient exig des explications.

Aujourdhui, il y a 49 chalutiers retenus par les autorits turques dans une dizaine de chantiers navals sous-traitants dAna Group, affirment des sources proches des oprateurs du secteur de la pche. Une socit qui avait ouvert des bureaux El Aurassi le temps de remplir son carnet de commandes et dempocher largent avant de repartir prcipitamment en laissant une ardoise faramineuse lhtel.

De petites entreprises lui avaient embot le pas dans le mme but avant de disparatre leur tour sous le motif de faillite.

Les Algriens qui ont bnfici des avantages du plan de relance conomique de la pche pour lacquisition de bateaux montent au crneau aujourdhui.

La goutte qui a fait dborder le vase : une ultime mise en demeure avant les poursuites judiciaires du ministre de la Pche et des Ressources halieutiques (MPRH) pour rembourser des traites.

Ils menacent de livrer lopinion le pige dans lequel les a jets le MPRH en leur conseillant leurs amis turcs qui construisent le bateau et vous rendent la monnaie sur place .

Ils menacent aussi de livrer les noms des bnficiaires.

Des proches de ministres actuels ou anciens, des responsables ou ex-responsables de services, des piliers ou dinosaures du rgime, des lus, et plein de militants de Hamas. Car, rappelons-le, le MPRH est un dpartement ministriel confi au parti HMS o on trouve aussi des ex-lus du FIS aux principaux postes de responsabilit.

En janvier 2007, la premire fronde des promoteurs algriens avait amen le MPRH dpcher durgence Istanbul son SG, lactuel, Boudamous Fateh, pour amener les Turcs revoir leur position.

Cest lassurance de pouvoir disposer de quota de thon algrien qui a amen les Turcs de meilleurs sentiments.

Mais cela na pas dur et laffaire des thoniers de Annaba a montr que les Turcs ne pouvaient plus compter sur les assurances qui leur ont t donnes.

Avec la pche au thon, o les Turcs se sont avrs tre les partenaires favoriss des pseudo-thoniers algriens, on ne peut que sinterroger sur ces relations privilgies tisses entre le MPRH et les affairistes turcs qui, rappelons-le aussi, ont un gouvernement dobdience islamiste.

Et les choses mises ainsi les unes ct des autres indiquent que ces relations dpassent de loin le champ des affaires ou des changes.

Indniablement, il y a la volont de jeter des ponts, largement rmunrateurs certes, mais certainement idologiques et pour cela pourquoi ne pas puiser dans cette colossale et providentielle manne des programmes de relance conomique de lAlgrie.

Par S. S.
http://www.elwatan.com/En-raison-de-graves-differends