Les pertes coûteront un milliard et le chômage de 500 ouvriers

Le port d’Alger va enregistrer un déficit annuel de 1.5 milliard DA, dans le cas ou la tutelle insiste sur l’application de la décision sur l’interdiction aux navires de commerce de décharger leurs marchandises dans ce port.

Cette décision sera appliquer à partir du 1 octobre prochain. Des sources biens informés ont indiqués que cette décision déclenchera le compte à rebours de « la fermeture progressive du port ».

Selon les mêmes sources, une telle décision va infliger au port d’Alger de graves pertes financières, au moment où ses bénéfices représentaient, au passé, la moitié de son chiffre d'affaires.

Les sources prévoient le licenciement, dans un premier temps, de prés de 600 travailleurs, alors que 500 autres contractuels seront virés, très prochainement.

Dans le même contexte, les mêmes sources, ont indiqués que cette décision sera également derrière le licenciement des travailleurs de la Compagnie nationale de transport maritime, spécialisée dans le transport des marchandises vers le port d'Alger.
El-Khabar