C'est une première. Le Comité international olympique (CIO) a annoncé, lundi 4 août, que YouTube diffuserait les Jeux olympiques de Pékin dans 77 pays où aucun accord concernant la retransmission numérique n'a été signé, comme l'Inde, la République de Corée (Sud), ou encore l'Irak.
Cette chaîne du site de partage de vidéos YouTube sera lancée mercredi, principalement en direction de l'Afrique, de l'Asie et du Moyen-Orient. Elle devrait diffuser de façon quotidienne les meilleurs moments de chaque compétition, ainsi que des informations et des clips vidéo des Jeux de Pékin.

Par la voix de Timo Lumme, le directeur des droits TV et du marketing, le CIO s'est félicité de cette nouvelle étape dans la popularisation des Jeux : "La priorité du CIO est de faire en sorte qu'un maximum de personnes puissent vivre la magie des Jeux olympiques.(...) Pour la première fois dans l'histoire des Jeux, nous aurons une couverture mondiale complète en ligne, et le CIO offrira des moments fantastiques des JO [sur un site] où les jeunes générations d'amateurs de sport ont déjà l'habitude de se rendre", a-t-il ajouté.

Outre cette volonté affichée de démocratiser l'accès aux Jeux, le Comité international olympique prend surtout les devants face au piratage des JO sur la Toile. En signant un contrat dont les termes n'ont pas été dévoilés, il garde ainsi le contrôle de ses images. C'est ce qu'a confirmé Timo Lumme en déclarant que "l'abondance de contenu gratuit disponible" limiterait "le risque de piratage".

Les internautes des pays non concernés ne pourront accéder à cette chaîne consacrée aux Jeux de Pékin : un système appelé "geo-blocking" les en empêchera.

Le Monde