Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: Le DG français du concessionnaire Diamal compare Bouteflika à un parrain

  1. #1
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    10 956

    Par défaut Le DG français du concessionnaire Diamal compare Bouteflika à un parrain

    Le DG français du concessionnaire Diamal compare Bouteflika à un parrain et accuse Ouyahia d'être «maqué» avec Sovac

    Par samir allam , le 15/09/2009

    Serge Gurvil est le directeur général de Diamal, un concessionnaire automobile algérien filiale du groupe français CFAO. Dans ses notes internes adressées régulièrement à sa hiérarchie à Paris, il ne se contente pas de commenter les résultats financiers de sa société florissante - 146 millions d'euros au premier semestre 2009. Ce directeur commente également la situation politique en Algérie et émet des commentaires sur les personnages clé de l'Etat algérien, notamment le président Bouteflika.

    Dans une note datée du 15 avril, dont TSA s'est procurée une copie, Serge Gurvil commente les résultats du premier semestre de Diamal. Mais la première partie du document est consacrée à l'évolution de la situation politique en Algérie au lendemain de la réélection du président Bouteflika pour un troisième mandat, le 9 avril dernier.

    « La crise n'est pas encore officiellement arrivée en Algérie, puisque la confiance est là, traduite par 74% de votants et 90,24% de pro-Bouteflika. Le monde continue donc de tourner autour de la planète Algérie et ceux qui nous gouvernent de se faire la guerre sur leur console Nintendo, absolument pas préoccupés des dommages collatéraux - augmentation terrible du coût de la vie résultant de la dévaluation du dinar et de l'absence de contrôle des prix, renforcement des tracasseries bureaucratiques pour les sociétés organisées et en même temps embellie de l'informel et de la corruption à tous niveaux (à commencer par l'Etat), malaise social profond ... De nombreux partisans du Président sont amers, considérant que c'est le mandat de trop », écrit-il à l'adresse de ses responsables à Paris.

    Et de poursuivre, plus dur à l'égard du pouvoir algérien et du président Bouteflika : « Le fait est, que l'homme (ndlr : le président Bouteflika) est de plus en plus isolé (et fragile ?) et que dans son ombre les règlements de compte saignent l'économie, le personnel politique et les cadres, avec un arbitraire sidérant (certains magistrats sont aux ordres). Le Président est devenu ventriloque, en Juillet 2008, disant le contraire de ce qu'il affirmait précédemment : depuis, le Chef du Gouvernement se prend pour lui, assenant l'exécutif de directives assassines trop riches (et trop pauvres de contenu) pour être mises en oeuvre. Et maintenant : « same player shoots again » ? En l'attente du changement de gouvernement annoncé, impossible de se faire une idée sur la ligne à venir - s'il y en a une. »

    Sovac « maqué » avec Ouyahia

    Dans le même document, M. Gurvil analyse la situation du marché automobile en Algérie, en hausse malgré les difficultés. Selon lui, sa société possède des atouts solides face à la concurrence. « Nous avons d'excellents produits (l'Optra diesel arrive fin Avril et la Cruze fin Juin, DAF en Mai ..) et une belle réputation. Nous travaillons notre image différemment, accentuant notre vocation citoyenne et nous orientant plus vers les leaders d'opinion, y compris les autorités - sans raccolage comme le font SOVAC (VW, Audi), «maqué» avec Ouyahia, ce qui lui réussit bien pour le moment. », note le DG de Diamal. Sovac est le représentant exclusif de la marque Volkswagen en Algérie. Diamal est le premier concessionnaire automobile en Algérie.

    Interrogé par TSA, le groupe CFAO à Paris a reconnu l'existence de ce document interne. Mais, selon une porte-parole du groupe (filiale de Pinault Printemps Redoute); Serge Gurvil a été « désavoué» par sa hiérarchie à la suite de ce courrier. « Il a reçu un avertissement après ce courrier. C'est une erreur assez forte. Il n'est pas dans nos habitudes de commenter la vie politique dans les pays où nous sommes présents », affirme une porte-parole du groupe.

    Mais, dès le 1er août, Serge Gurvil récidive dans une autre note. Il compare le président Bouteflika à Don Carleone, le personnage du célèbre film « Le Parrain ». « Nous sommes dans une période, où l'Algérie peut imploser - Don Corleone semble dépassé, dans son entourage chacun est armé, pourtant on entend tirer pas très loin (recrudescence du terrorisme dur depuis Mai) ! la chorba n'a plus de goût, à force de cuire et recuire ; où est passée la mama ? », écrit-il.

    TSA a tenté de faire réagir l'intéressé, mais il n'a pas répondu à nos appels téléphoniques.

    Les propos de Serge Gurvil ne constituent pas le premier dérapage du patron d'un concessionnaire automobile français en Algérie. En mai dernier, le DG de la filiale algérienne du groupe GBH (représentant de Citroën) était au coeur d'une polémique après avoir traité les agents algériens de sa marque de « terroristes » et de « moutons ». Quatre mois après les faits, l'homme est toujours en poste.

    http://www.tsa-algerie.com/Le-DG-fra...ika-_7877.html

  2. #2
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    10 956

    Par défaut

    Un francais qui vient se faire de l'argent en Algerie et il crache dans la soupe.ces ingrats de francais.

    S'il avait ete en Lybie,il serai deja en taule.

    Boutef devrai expulser cette energumene sans explication.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •