L’avenir de Rafik Djebbour en sélection nationale se dessine, apparemment, en pointillé.

L’international algérien, qui est interdit d’entraînement et de match par son club employeur à la suite de ses démêlées avec son coach, se trouve plus que jamais menacé de vivre sans football jusqu’au mercato hivernal.

Djebbour, qui est toujours sous contrat avec l’AEK Athènes, a entretenu l’espoir de rejouer au foot si jamais la rumeur du limogeage de son coach allait être confirmée.

Ce qui n’est pas le cas.

Prochaine destination: le Golfe?

En effet, les dirigeants de l’AEK ont renouvelé leur confiance au bosniaque Dušan Bajevi,ce qui rend les chances de revoir Djebbour défendre les couleurs de l’AEK minimes.

Une situation qui inquiète à un plus haut niveau les dirigeants algériens, à commencer par Rabah Saâdane, qui ne veut point lâcher son attaquant.

Le sélectionneur national l’a réaffirmé cette semaine.

Néanmoins, Saâdane, qui exige de ses joueurs plus de matches dans les jambes pour pouvoir faire partie de ses sélectionnés, n’aurait fait cette intervention que pour assister son joueur dans la délicate situation dans laquelle il se trouve.

Si la convocation de Djebbour pour le match du Rwanda pourrait ne pas trop inquiéter l’entraîneur national, sa situation deviendra plus compliquée pour la suite des événements, notamment le match de l’Egypte, et surtout la CAN-2010.

Et c’est sur ce dossier que les conseillers du joueur sont en train de travailler.

Pas uniquement eux, les dirigeants du football national s’y affairent également à trouver en urgence un club preneur au moment où tous les marchés des transferts sont clos.

Angleterre : Djebbour doit résilier son contrat

Le championnat d’Angleterre est l’une des rares destinations qui permettra à Djebbour de renouer avec le foot.

Néanmoins, cela ne peut se faire que si le joueur est au chômage.

Ce qui n’est pas le cas. Une source proche du milieu des agents de joueurs parle d’un cas de figure qui permettra à Djebbour d’évoluer en Angleterre : l’international algérien devrait résilier son contrat avec l’AEK.

Une option que ses conseillers sont en train d’étudier minutieusement.

Mieux, des contacts ont été noués avec des formations anglaises à la recherche d’un attaquant.

Des infos parlent avec persistance d’une négociation proche que ses agents vont entreprendre avec Sunderland.

Le Golfe, le plan «B»

Mais dans le cas où cette option anglaise échouerait, les agents de Rafik Djebbour ont songé à une solution de rechange : les pays du Golfe, le Qatar entre autre où le joueur pourra retrouver Saïfi.

Une possibilité à ne pas écarter, d’autant que beaucoup de clubs de la région, qui ne lésinent pas sur les moyens, sont intéressés par ses services.

Si l’on croit les indiscrétions en provenance de la Grèce, ces clubs sont prêts à mettre plus de 2 millions d’euros.

En Algérie, l’on parle d’une possibilité de racheter le contrat de Djebbour.

En effet, cette solution serait envisagée par la FAF dont les dirigeants veulent imiter leurs prédécesseurs de la fin des années 1980 qui ont fait sortir Maroc et Mansouri des problèmes qu’ils avaient avec leur club de l’époque, le Montpellier Hérault, pour les faire signer au MCO.

Djebbour, s’il aspire à aller à la CAN et au Mondial, doit impérativement reprendre la compétition quitte à le faire ici en Algérie…

H. Ben
http://www.competition.dz/article.php?art=6280