Interdiction d’exportation de métaux ferreux et non ferreux

La facture des importations réduite de 30%

Il est aberrant d’exporter de la matière première pour que nos entreprises la rachètent par la suite sous une forme raffinée à un prix plus cher.

«Depuis l’interdiction d’exportation des métaux ferreux et non ferreux, les entreprises locales spécialisées dans le traitement de ces produits s’approvisionnent depuis le marché local et cela a permis de réduire la facture des importations de près de 30%» a indiqué un directeur général d’une entreprise spécialisée dans le traitement de l’aluminium, Farid Bekan, en marge d’une conférence tenue hier par le comité national des déchets ferreux et non ferreux à l’hôtel Hilton à Alger.

Notre interlocuteur a indiqué que suite aux dispositions prises par le gouvernement dans la loi de finances complémentaire 2009, son entreprise travaille plus et produit davantage.

Il a indiqué qu’il est complètement aberrant d’exporter de la matière première pour que nos entreprises la rachètent, par la suite, sous une forme raffinée à un prix plus cher puisque nous la payons 20% plus que le prix avec lequel ce produit est cédé par nos exportateurs aux étrangers.

Notre interlocuteur a profité de cette occasion pour lancer un appel aux exportateurs algériens de produits ferreux et non ferreux pour approvisionner les entreprises locales au lieu d’exporter cette marchandise.

«Nous sommes des consommateurs de ce genre de produit et sommes prêts à vous en acheter» a-t-il lancé.

Il a tenu, dans ce sillage, à préciser qu’avant la promulgation de la loi de finances 2009 par le gouvernement, les entreprises nationales spécialisées dans la production des métaux ferreux et non ferreux souffraient d’un grand déficit en matière première.

Pour leur part, les représentants du comité national des exportateurs des déchets ferreux et non ferreux ont indiqué qu’ils sont prêts à tenir des réunions à l’avenir pour débattre de ce genre de problèmes.

En guise de réponse aux assertions de M. Bekan, le représentant du comité des exportateurs de la matière en question a indiqué qu’il demandait à chaque fois au département de tutelle s’il y avait des demandes d’approvisionnement de ce genre de matière première émanant du secteur privé et que la réponse a toujours été négative.

Toutefois, il y a lieu de signifier que les représentants du comité national des exportateurs des déchets ferreux et non ferreux affilié à l’UGCAA sont contre les dernières dispositions de la loi de finances 2009 qui interdit l’exportation de ce genre de matière première.

«Des dizaines de millions d’euros de pertes ont été provoqués à cause de l’arrêt des exportations des déchets ferreux et non ferreux» a indiqué le représentant de cette organisation, Nouredine Sergoua.

Par Salah Harirèche
http://www.lejourdalgerie.com/Editio...venement.htm#8