Le groupe rachte 2 entits en Algrie et en Cte dIvoire

Investissement de 20 millions de DH

IB Maroc poursuit son incursion sur le march africain. Aprs le Sngal et la Libye, le groupe spcialis dans les nouvelles technologies de linformation et de la communication entre en Algrie et en Cte dIvoire.

Il vient, cet effet, de prendre des participations capitalistiques hauteur de 44% dans Sritelec, entreprise algrienne de plus de 44 millions de DH de chiffre daffaires.

Et 60% dans Optimum, entreprise ivoirienne de 22 millions de DH de revenus. Nos rcentes acquisitions entrent dans une stratgie de croissance oriente vers le sud, soutient Abdellatif Hadef, prsident directeur gnral dIB Maroc.


Et dajouter, le choix de ces deux pays a t dict par le potentiel dopportunits daffaires, notamment au niveau des technologies de linformation, qui y existent. Mais, de son aveu, il ne compte pas sarrter ce stade. Lentre en Cte dIvoire par exemple lui permettrait dlargir son expertise toute la rgion subsaharienne.


A travers ces nouvelles filiales qui seront baptises IB Algrie et IB Cte dIvoire et dont il aura la charge de gestion exclusive, le groupe envisage de raliser une croissance en termes de chiffre daffaires du groupe de lordre de 40%. A ce titre, IB Maroc entend profiter du portefeuille clients de ces nouvelles filiales et de leur connaissance du march.


De lautre ct, il devra apporter lexpertise et le savoir-faire ncessaires pour les dvelopper.


Ct investissement, IB Maroc a dbours la bagatelle de 20 millions de DH. Totalement financs par fonds propres, se rjouit Hadef. Et pour cause, les fondamentaux de la socit sont solides: fin mars, elle a ralis un chiffre daffaires de 220 millions de DH pour un bnfice net de 14,4 millions de DH.


Ct perspectives, la socit envisage galement dlargir sa gamme de services pour complter son offre, au niveau du march local. Pour ce faire, elle a cr une nouvelle socit dont elle dtient 60%. Spcialise dans les ples dintgration de dveloppement, notamment, BSI est dote dun capital de 8 millions de DH.


Suite ces annonces, le cours de la valeur en Bourse a bien ragi pour progresser, en quelques sances, de plus de 3%. Toutefois, Hadef estime que son titre est sous-valu en dpit des bons fondamentaux, du fort potentiel et du dveloppement rapide de son groupe. Dautant plus que la socit envisage de rtribuer ses actionnaires au moins hauteur des dividendes verss en 2008.

LECONOMISTE 16/10/2009