Hamsi Boubeker, une œuvre au service de la paix universelle

L’artiste-peintre algéro-belge, Hamsi Boubeker, sera honoré ce vendredi à Bruxelles de l’ordre de chevalier de la Couronne.

La distinction lui sera remise par la ministre belge de la Culture, Fadila Laanan.

La cérémonie, à laquelle sont invités de nombreuses personnalités de la culture, se déroulera en milieu de journée au Witloof, la salle de cinéma du centre culturel bruxellois le Botanique.

La distinction de Boubeker Hamsi sera précédée d’une projection du film d’art Une Empreinte de la vie.

Le documentaire, réalisé par le cinéaste Yves Gervais et la journaliste Stéphanie Meyer, est consacré à l’œuvre de Boubeker Hamsi et particulièrement à sa réalisation-phare qu’est dorénavant la décoration de la station de métro Lemonnier, à Bruxelles.

Les utilisateurs du métro peuvent de nouveau admirer cette œuvre intitulée Les Mains de l’espoir depuis le 19 avril dernier, date à laquelle la station, refaite à neuf, a été inaugurée.

Sollicité par les autorités bruxelloises, Hamsi a déjà travaillé à la décoration de la station Lemonnier en 1999.

En 2008, des travaux de transformation ont été menés dans la station et, à cette occasion, les dessins de Hamsi ont été mis en image sur tôle émaillée en 213 modules illustrés.

Dans Les Mains de l’espoir, le peintre s’inspire de la tradition populaire de la « main de Fatma », une main qui apparaît déjà dans les peintures rupestres aussi bien du Sahara que d’autres régions du monde.

En 1994, Hamsi s’empare du concept pour faire de la main tendue un message universel de paix et de rapprochement des peuples.

Pour donner plus de réalité à son action humaniste, il fonde en 1995 l’association Afous (la main en tamazight) qui étendra son action sur plusieurs régions de Belgique avant de se montrer dans d’autres pays européens.

En Algérie, Hamsi a fréquenté plusieurs célébrités du monde des arts et de la culture.

Il a d’abord vu sa sœur et son aînée, Khadidja Hamsi, à l’œuvre en tant que créatrice de talent dans le domaine de la couture.

Jeune, il a été élève choriste au conservatoire traditionnel de Béjaïa avec le maître Sadek Lebjaoui.

Plus tard, dans les années 1970, il créera une chanterie auprès de Kateb Yacine, avant de lancer une chorale qui parcourra plusieurs pays européens.

Par A. A.
http://www.elwatan.com/Hamsi-Boubeker-une-oeuvre-au