«Je me souviens des exploits de Madjer et Assad en 1982»

Responsable et fervent supporter de Bradford, John Helm a été dépêché sur les lieux afin de couvrir cette Coupe du monde des U17 pour le compte de la FIFA.

Commentateur invétéré et grand amateur de golf, ce monsieur a pris ses quartiers à l’hôtel Hamdala.

C’est auprès de nous qui suivons les Verts depuis des mois que Helm a pu récolter le maximum de renseignements sur la sélection nationale.

Nous avons profité de cette occasion pour solliciter le Britannique afin qu’il nous parle du football algérien, lui qui a assisté à la Coupe du monde 1982 et aux exploits de la bande à Khalef.

Et pour débuter, on ne pouvait éviter de parler de ce fameux match des Verts face à l’Egypte qui se jouera le 14 novembre au Caire.

«Après un long passage à vide, le football algérien est en train de revenir en force au devant de la scène internationale.

On attend avec grande impatience ce choc du 14 novembre qui opposera l’Algérie et l’Egypte.

Personnellement, je pense qu’une équipe qui possède des joueurs de la trempe de Bougherra, Ziani, Yebda et Belhadj ne peut pas manquer le Mondial. Pour moi, l’Algérie est hyper favorite pour aller en Afrique du Sud», nous a-t-il déclaré.

«Je me souviens des exploits de Madjer et Assad en 1982»

Comme un vieux de la veille qui sait se faire respecter, John Helm se souvient parfaitement des exploits réalisés par la bande à Khalef lors du Mondial espagnol en 1982, avec ce match mythique face à la RFA de Paul Breitner.

«Je me souviens parfaitement de cette Coupe du monde de 1982 qui a été marquée par les exploits de l’Algérie et son éclatante victoire face à l’ogre allemand. En cette période, j’étais commentateur pour une chaîne TV britannique. Votre équipe possédait des joueurs comme Madjer et Assad. Je me souviens parfaitement de leurs exploits», nous a-t-il dit.

D’ailleurs, il s’est dit agréablement surpris en apprenant que Ali Fergani, le chef de la délégation des U17, faisait partie de cette équipe de 1982.

Pour ce qui est de nos jeunots, Helm a préféré attendre de voir à l’œuvre nos mondialistes, avant de nous livrer ses impressions.
T. Che
Le buteur.