Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: Etude pharmaceutiques le modèle algérien

  1. #1
    Membre F.A.M. Avatar de Elisa
    Date d'inscription
    septembre 2008
    Messages
    370

    Par défaut Etude pharmaceutiques le modèle algérien

    Études pharmaceutiques : Le modèle algérien(1er partie)
    Si la formation continue devient une nécessité absolue pour toute personne assumant une responsabilité au sein de la santé publique en particulier, la formation des cadres au niveau de l’université doit elle-même évoluer afin qu’elle s’adapte aux besoins de la société.




    En ce qui concerne l’Algérie, je peux dire que les professions pharmaceutiques ont pleinement joué leur rôle au service de la santé et de l’économie. Elles ont suivi le rythme du développement rapide qu’a connu le pays depuis l’indépendance. Pour situer le problème de la formation du pharmacien dans ce contexte, permettez-moi de donner un aperçu de la situation de la pharmacie et des pharmaciens en Algérie. Actuellement, un nombre élevé de pharmaciens exercent en Algérie. Des textes législatifs font de notre profession l’une des plus réglementées en Algérie. Ainsi, chaque confrère exerce dans un cadre juridique bien défini. La formation des pharmaciens exerçant en Algérie a été assurée traditionnellement, et pour des raisons historiques, en France. Cependant, après l’indépendance, cette formation s’est quelque peu diversifiée. Des pharmaciens, quoiqu’en petit nombre, ont été formés dans les autres pays francophones, essentiellement en Belgique et plus rarement en Suisse. Il faudrait ajouter qu’un certain nombre de pharmaciens ont été formés en Algérie et quelques rares autres dans les pays du Moyen-Orient, notamment en Egypte, Syrie et Irak.

    L’enseignement de la pharmacie en Algérie, et plus précisément à la Faculté mixte de médecine et de pharmacie d’Alger, a débuté avant l’indépendance. Cette Faculté a déjà sorti des promotions, parmi lesquelles le chef du gouvernement Ferhat Abbas et son confrère dans la profession et la politique Youcef Ben Khedda. L’enseignement prodigué est fortement inspiré des programmes des facultés françaises depuis fort longtemps jusqu’à nos jours. Les deux questions qui se posent à nous et qui sont à l’ordre du jour dans notre pays, sont les suivantes :
    la formation de nos pharmaciens répond-elle à nos besoins, tant sur les plans qualitatif et quantitatif ? — Dans quel sens, cette formation doit-elle évoluer pour permettre aux professions pharmaceutiques de jouer pleinement leur rôle au service de la société algérienne ?

    Les problèmes
    On peut dire, sans risque de nous tromper, que le pharmacien sortant de la faculté trouve des difficultés énormes pour assumer ses responsabilités, quel que soit le domaine d’activité qu’il a choisi pour faire sa carrière. Ce qui montre qu’actuellement les études en pharmacie n’ont pas pour finalité de donner aux étudiants un métier, mais plutôt une formation de base qui est supposée suffisante pour permettre au futur diplômé d’exercer son art dans les différents domaines où il est réputé apte à exercer. Cette situation est le résultat du fait que, formés à l’étranger, ou dans notre pays, selon un modèle étranger, nos jeunes confrères acquièrent une formation qui, le moins que l’on puisse dire, ne répond pas à nos besoins. J’irais même jusqu’à dire qu’elle ne répond plus aux besoins du pays que nous avons pris pour modèle, car ce pays est en train d’étudier la réforme de ses propres études en pharmacie. Historiquement, les pharmaciens de l’ancienne génération ont été formés en France selon un modèle qui a été depuis modifié voilà une cinquantaine d’années. Le cursus des études en pharmacie commençait par une année de stage obligatoire dans une officine, sous la responsabilité d’un maître de stage.

    La dernière année des études devait permettre à la faculté de juger à travers les examens définitifs de l’aptitude de l’étudiant de 5e année à exercer sa profession de pharmacien et ce, en s’assurant de ses niveaux de connaissances, tant sur les plans théorique et pratique. Le développement extraordinaire des connaissances scientifiques et la nécessité d’inclure dans les programmes d’enseignement, d’une manière continue, les nouvelles acquisitions scientifiques et techniques, faisait obligation, comme c’est le cas de nos jours, aux autorités administratives et universitaires de mettre au point des réformes touchant aux études de pharmacie. Il est bien clair que la réforme qui a été adoptée en France a sacrifié le côté « formation professionnelle du pharmacien » au profit de sa formation scientifique, car elle avait pour objectif de préparer les futurs diplômés à une carrière de spécialistes qui, en fait, n’était l’apanage que d’un nombre relativement restreint de diplômés. La majorité de nos jeunes confrères, surtout dans notre pays, se destinait à exercer dans l’officine qui se trouve être la première priorité pouvant répondre aux besoins de nos populations. Il est, en effet, indéniable que dans les 20 premières années d’indépendance, c’est l’activité de pharmacien d’officine qui a absorbé l’écrasante majorité des pharmaciens.

    Les difficultés
    Je citerai quelques exemples pour illustrer les difficultés qui existent actuellement pour les jeunes confrères pour affronter leur métier.

    Un diplôme unique
    Dans le cas de l’officine :

    le jeune diplômé n’est pas suffisamment formé pour affronter les difficultés d’installation, car il ignore tout des problèmes financiers et de gestion qu’il est obligé de résoudre pour pouvoir s’installer. Il se trouve complètement désorienté par des informations souvent contradictoires qu’il recueille auprès de différentes personnes (confrères aînés, banques, grossistes, administration...). De plus, ignorant en général les notions inhérentes à la gestion des stocks des médicaments, il se trouve contraint de chercher un collaborateur qualifié pour l’aider dans cette tâche, ce qui est de nature à lui créer des difficultés, du reste légitimes avec un confrère aîné, qui voit d’un mauvais œil qu’un jeune pharmacien vienne lui débaucher son personnel, en infraction aux règles de déontologie pharmaceutique. Le problème le plus grave résulte incontestablement du fait que les facultés délivrent un diplôme unique pour des étudiants qui n’ont pas suivi le même cursus des études. En effet, si on considère le cas d’un étudiant qui a choisi de suivre l’option biologie clinique, il suit en 5 années des cours et des stages qui l’éloignent complètement de ses camarades qui ont opté pour la filière « Officine ».

    La réglementation en vigueur fait que les diplômés, quelle que soit leur « pré-spécialité » ont les mêmes droits, et en particulier celui d’exercer en officine. Or, pour celui qui a choisi la filière biologie clinique, sa formation le rend inapte à exercer en officine. Nous touchons là le problème de l’unicité du diplôme. Peut-on dire que trois pharmaciens, formés chacun dans l’une des trois filières – officine, biologie et industrie – ont une formation les habilitant à exercer à leur sortie de la faculté dans l’une des trois branches d’activité mentionnées ? Il est évident que la réponse est non. L’unicité du diplôme devra en réalité correspondre à une unicité de formation. Chose inexistante dans les nouveaux départements implantés récemment à l’intérieur du pays. Le deuxième exemple que je citerai est celui des jeunes confrères qui s’orientent vers la carrière de la pharmacie hospitalière que nous devons, pour beaucoup de raisons, développer pour la rendre de plus en plus attrayante pour les jeunes diplômés. Malheureusement, le pharmacien diplômé sortant de la faculté se trouve complètement désorienté lorsqu’il est affecté dans un poste hospitalier. Il se trouve à l’hôpital comme « un corps étranger ». Ce problème n’existe pas pour les jeunes prescripteurs qui ont été placés en stage en milieu hospitalier à partir de la fin de leur première année d’études.

    Si on examine la situation des confrères étrangers qui ont suivi les mêmes études, on s’aperçoit qu’ils ont l’obligation, pour suivre la carrière hospitalière, de passer par l’internat, ce qui leur permet d’apprendre leur métier à l’hôpital. Par ailleurs, les facultés de pharmacie en France ont déjà corrigé cette insuffisance de la formation en instituant, depuis quelques années, un stage hospitalier obligatoire pour tous les étudiants en pharmacie. Enfin, pour ce qui est de l’ouverture de l’enseignement pharmaceutique sur l’industrie, il faut aussi constater que la réforme n’a pas donné les résultats escomptés et ce, pour deux raisons essentielles qui sont inhérentes à l’industrie. En effet, les sociétés qui fabriquent des médicaments répugnent, en général, à recevoir des stagiaires, ou si elles les reçoivent, les cantonnent dans des activités de recherche qui leur sont en général « inutiles » ; sauf s’ils ont la chance d’être recrutés par ces mêmes entreprises.

    Par ailleurs, on peut constater, malheureusement, que pour les tâches de production et de contrôle, les industriels du médicament préfèrent recruter des ingénieurs qui sont mieux préparés que les pharmaciens pour les tâches de production, ou les scientifiques (docteurs es-sciences) qui sont plus spécialisés que ne le sont les pharmaciens dans l’utilisation pour le contrôle de médicaments de techniques et d’appareillages de plus en plus sophistiqués. Après cette étude critique sommaire de la situation, il s’agit pour nous d’étudier les voies et les moyens nous permettant de proposer une réforme des études en vue d’améliorer la formation des pharmaciens dans nos pays.

    La réforme
    Pour arriver à de bons résultats, il serait nécessaire de discuter et de répondre à un certain nombre de questions qui sont de nature à permettre à tous les pharmaciens d’accomplir au mieux leur mission, quel que soit le domaine d’activité qu’ils auraient choisi pour assurer leur carrière.

    1- Comment arriver à réaliser une bonne formation du pharmacien d’officine dont le rôle essentiel est d’assurer le contrôle des prescriptions et la dispensation des médicaments ?

    2- Comment concilier entre la dispensation d’une formation pluridisciplinaire théorique dans les domaines de la synthèse, de l’extraction des molécules actives, de la mise en forme pharmaceutique et un contrôle des effets des médicaments et de placer en même temps l’étudiant en position d’appliquer son savoir théorique et d’évaluer ses compétences face à un homme malade recevant des médicaments ?

    3- Comment concilier cette formation théorique et intégrer l’étudiant en pharmacie dans une équipe hospitalière pour acquérir le savoir-faire et un certain comportement, voire une conduite à tenir vis-à-vis du malade ? Ne faudrait-il pas penser à une formation cohérente et suivie pour les pharmaciens des hôpitaux ?

    4- Comment concilier la formation théorique et pratique du pharmacien pour être en mesure de revendiquer une place de choix dans notre jeune industrie pharmaceutique qui a besoin de se développer et de s’affirmer tant sur le plan maghrébin que sur le plan international ? Beaucoup d’autres questions touchent aux autres aspects des activités du pharmacien dans notre société en évolution constante. Je citerai en particulier le cas de la chimie clinique, de la biologie clinique, celui de la bromatologie et de la cosmétique, sans oublier cette activité en pleine expansion de la biotechnologie. A mon sens, il s’agit pour nous de proposer une solution qui nécessite obligatoirement un choix entre deux conceptions. Je me refuse, évidemment, à envisager une certaine conception qui consisterait à dire que la faculté dispense un enseignement qu’elle juge nécessaire pour la formation du pharmacien, sans se soucier de l’avenir du jeune diplômé et de son insertion dans la société qui a fait des sacrifices pour assurer sa formation et qui est en droit d’exiger de lui de se mettre à son service. Donc, les facultés de pharmacies devront, a priori, assurer la formation de cadres pharmaceutiques pour répondre aux besoins actuels de nos pays.

    Quelle orientation ?
    Quelles sont les orientations qu’elles doivent donner à leur enseignement pour accomplir cette mission ? Il est nécessaire de rappeler un certain nombre de constatations : tout d’abord, la tendance de l’écrasante majorité de nos jeunes diplômés à solliciter un emploi au terme de leurs études universitaires qui durent en général de 5 à 6 années après le baccalauréat et des fois plus. Les raisons de cet état de fait sont multiples, et tout à fait défendables et il serait très long de les expliquer... La deuxième constatation que l’on peut faire, c’est la tendance à acquérir, durant les études universitaires, une formation de plus en plus spécialisée. En d’autres termes, la tendance à ce que, au terme de 5 à 6 années d’études à l’université, l’étudiant acquiert un diplôme qui le rend apte à exercer immédiatement un métier dès sa sortie de la faculté. Ceci étant, quelle serait la solution à retenir pour la formation de nos pharmaciens ?

    (A suivre)

    Y. D. : Service de thérapeutique, Faculté de médecine d’Oran




    Par Yahia Dellaoui

  2. #2
    Membre F.A.M. Avatar de Elisa
    Date d'inscription
    septembre 2008
    Messages
    370

    Par défaut

    Études pharmaceutiques : Le modèle algérien (2e partie et fin)
    Le débat, en fait, tourne autour de la finalité de l’enseignement pharmaceutique. Il faudrait donc répondre à la question suivante :
    les facultés de pharmacie doivent-elles continuer à assurer un enseignement théorique pluridisciplinaire et corriger les insuffisances dont j’ai cité quelques exemples, ou bien modifier leur vocation dans le sens de la formation de pharmaciens ayant déjà acquis une spécialisation durant le cursus normal des études ?




    La première solution exigera, pour être réalisée, deux conditions : l’allongement de la durée des études d’au moins une année ; la création d’enseignements spécialisés de 3e cycle. La direction des travaux de thèses nécessitent un spécialiste de la matière et non pas un profane en la matière, comme le disait le professeur Ali Gherib le jongleur de la chimie-clinique : « L’interniste qui juge un travail de chimie confirme qu’il est nul en médecine interne ». Dans une équation où le chimiste dépend de l’interniste pour présenter son travail d’une science exacte. Ce qui suppose que le pharmacien spécialiste aura à faire des études durant une dizaine d’années après le baccalauréat. La deuxième solution entraînera obligatoirement l’abandon de la notion d’unicité de diplôme, mais aura l’avantage de permettre une formation permettant au futur diplômé d’être en mesure d’exercer convenablement une responsabilité dans un domaine pour lequel il a été bien formé. Cette formation rejoindra, en fait, celle des ingénieurs pour lesquels il existe actuellement une multitude de qualificatifs selon le cursus de cette formation (ingénieur chimiste, ingénieur agronome, ingénieur en informatique, ingénieur en béton, bio-ingénieur...).

    Dans cette hypothèse, on s’habituera à une nouvelle terminologie pour désigner les membres de notre corporation et on parlera de pharmacien d’officine, pharmacien d’industrie, pharmacien analyste, pharmacien clinicien... Cette deuxième solution suppose un plan national de formation des pharmaciens et une orientation des étudiants dans les différentes filières de formation en fonction des besoins du pays, et une souplesse dans la conception des programmes, en vue de créer autant de filières spécialisées que l’exige le développement de nos activités professionnelles. Ce type d’enseignement a déjà existé au niveau des facultés des sciences où après un 1er cycle commun d’études durant en général deux années, les étudiants suivent un enseignement de 2e cycle, organisé en plusieurs unités de valeur. Une unité de valeur représente environ 80 heures d’enseignement théorique incluant une forte proportion d’enseignement dirigé. Elle est validée par un contrôle de connaissances. Un étudiant moyen est capable d’acquérir facilement deux unités de valeur au cours de la même année d’enseignement.

    Il est évident que pour chaque type de diplôme, il est nécessaire d’obtenir obligatoirement certaines unités de valeur, avec possibilité d’avoir des options, au choix de l’étudiant. Ainsi, pour un futur pharmacien d’officine, en plus des unités de valeur de pharmacie et de pharmacodynamie, on peut choisir une unité de valeur de gestion, d’économie de santé ou de droit pharmaceutique. Ces mêmes unités de valeur seraient nécessaires pour un futur pharmacien d’industrie. Ce type d’enseignement a ainsi l’avantage de permettre des passerelles et un étudiant ayant au départ choisi une filière et qui voudrait changer d’orientation n’a qu’à s’inscrire dans les unités de valeur qui lui sont nécessaires pour obtenir son diplôme dans la nouvelle orientation. D’aucuns font remonter l’origine de l’éducation sanitaire à la plus haute antiquité et considèrent que grand nombre de tabous et de règles imposés par les pratiques religieuses trouvent leur origine dans une attitude préventive en matière de santé : (les ablutions avant la prière, les périodes de jeûne, l’interdiction de certaines boissons alcoolisées, voire l’usage du tabac (condamné au XVIe siècle par l’Eglise catholique) l’interdit jeté sur les unions consanguines apparaissent comme des mesures préventives qui s’insèrent dans une initiation socioculturelle propre aux milieux où elles sont préconisées. Notre propos n’étant pas de faire l’historique de l’éducation sanitaire, nous n’avons voulu évoquer ces situations que pour indiquer qu’il s’agit d’une vieille préoccupation de l’humanité. L’éducation sanitaire consiste à faire prendre conscience à chaque personne par une information adaptée de ce qui directement peut mettre sa vie ou sa santé en danger ou en péril à brève échéance ou à long terme. Cela suppose la mise en œuvre de tout moyen capable :
    de créer des motivations positives vis-à-vis de la santé.
    de faire prendre conscience aux individus qu’ils sont responsables de leur propre santé et de celles des autres.
    de faciliter une adaptation de leur comportement dans ce but. C’est un domaine immense qui couvre un ensemble de réactions physiologiques, psychologiques et sociologiques. Ceci suppose une préparation minutieuse par des personnes compétentes et relevant de disciplines complémentaires ; à cet effet, tout paraît prédisposer les pharmaciens à jouer un rôle important. C’est ainsi que le pharmacien a trois moyens pour faire de la « publicité » sanitaire à l’intérieur de son officine.
    Tout d’abord par l’image (affiches, graphiques).
    Puis par les conseils qu’il est appelé à donner chaque jour.
    Et enfin par l’exemple (ordre, propreté des locaux, discipline, vaccinations). Tout ceci suppose la présence permanente et active du pharmacien dans son officine, car l’éducation sanitaire en raison du tact qu’elle exige et des connaissances qu’elle impose ne peut se contenter d’intermédiaire (à la culture élémentaire).

    Et dans le domaine de la vaccination
    Dans le domaine de la protection maternelle et infantile et dans celui de la vaccination, le pharmacien peut être le meilleur conseiller. Par ailleurs, pour jouer efficacement un rôle social et concourir à la protection de la santé, il faut avoir des connaissances scientifiques, professionnelles, sociales et des qualités morales qui permettent d’agir avec tact, autorité et compétence sur un public cherchant à se protéger des maladies, de conserver sa santé. C’est le rôle et le devoir du pharmacien d’informer le client bien portant ou malade, de lui permettre par un conseil éclairé de conserver sa santé.Il est nécessaire de faire connaître le pharmacien sous son véritable aspect d’homme de sciences à un public mal informé qui a l’habitude de considérer parfois le pharmacien comme un commerçant ordinaire. L’évolution de la thérapeutique, grâce aux progrès prestigieux de la médecine et de la pharmacologie ne saurait, sans courir de graves dangers, se dispenser du service du pharmacien. Il est vrai que la pharmacie a perdu ces dernières années de son aspect traditionnel, conséquence de l’industrialisation du médicament, mais les responsabilités du pharmacien n’en sont pas diminuées pour autant, légalement et humainement.

    Qu’en est-il en Algérie ?
    Signalons qu’en Algérie l’éducation sanitaire est née avec l’indépendance, et une section d’éducation sanitaire a été créée au ministère de la Santé. Propositions :
    1) au niveau des facultés de pharmacie, le renforcement de l’enseignement de l’hygiène et de l’éducation sanitaire ;
    2) d’élaborer des programmes et des campagnes éducatives auxquelles participeraient les pharmaciens algériens ;
    3) de collaborer avec les organismes de santé et d’action sociale et de s’associer à l’effort entrepris dans ce domaine par notre ministère de la Santé ;
    4) de mettre au point et de réaliser des affiches éducatives destinées aux pharmaciens d’officine ;
    5) d’éditer des fiches d’information et de mise à jour pour les pharmaciens, les faisant ainsi bénéficier d’un enseignement postuniversitaire sur les sujets préoccupants les pouvoirs publics.
    6) d’éditer des brochures, des dépliants au public.

    Conclusion
    Pour conclure, je dirais qu’il ne peut exister une solution parfaite, c’est-à-dire une solution susceptible de recueillir l’accord de tout le monde : université, corps professionnels, administration. Il est nécessaire de fixer dès le départ la finalité de l’enseignement de la pharmacie dans notre pays, en rapport avec leur évolution, leurs besoins et leurs moyens. Il sera alors possible de discuter de toutes les solutions possibles, d’évaluer les avantages et les inconvénients de chacune d’entre elles pour en adopter une seule, sachant que dan un monde en évolution constante, cette solution sera plus ou moins vite dépassée et à son tour discutée et remise en cause pour être adaptée à cette évolution. Il ne faut pas nous cantonner dans un exercice de la profession où l’appel à la culture reçue devient de plus en plus épisodique. Il nous faut savoir employer cette science de l’analyse et du contrôle à laquelle nos études nous ont préparés. Les diplômes et les titres sont un capital important ; cependant, ils peuvent se dévaluer comme tout capital par « non-emploi, mauvais placement ou manque d’entretien ».

    La santé est le bien le plus précieux que puisse posséder l’homme ; à l’époque actuelle, la santé ne peut être considérée comme un bien individuel, mais aussi une valeur sociale. Chaque individu est comptable de sa santé vis-à-vis de la société et la société est comptable de cette valeur vitale vis-à-vis de chaque homme. C’est pourquoi les professions de santé doivent coordonner leurs efforts, chacune dans le domaine de ses compétences, selon son implantation et l’importance de son influence dans la société afin de conserver la santé individuelle et collective. Comme disait le professeur, Ali Gherib, « L’homme malade est une charge pour la société, tandis que l’homme sain est un inestimable capital économique ». Par son concours permanent et direct à la médecine préventive, le pharmacien apporte une contribution importante à l’économie générale de la nation dont le potentiel dépend de la santé physique et mentale de chacun.

    Y. D. : Service de thérapeutique, Faculté de médecine d’Oran




    Par Yahia Dellaoui

  3. #3
    Membre F.A.M. Avatar de Elisa
    Date d'inscription
    septembre 2008
    Messages
    370

    Par défaut

    J'ai toujours été surprise en algérie qu'un pharmacien délibre un antibiotique tout à fait normalement alors que ces produits sont normalement soumis à l'ordonnance du médecin. Il me semble que c'est très dangeureux.

Discussions similaires

  1. La Tunisie: modèle économique à suivre?
    Par keena dans le forum Economie
    Réponses: 0
    Dernier message: 24/10/2009, 18h49
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 28/09/2009, 14h58
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 08/08/2008, 08h22
  4. Les films les plus piratés en 2008 (étude ALPA)
    Par Toufik dans le forum Musique & Cinéma
    Réponses: 5
    Dernier message: 07/08/2008, 13h37
  5. Modèle de présentation pour les nouveaux...
    Par Toufik dans le forum Communauté Algérie Monde
    Réponses: 0
    Dernier message: 06/08/2008, 12h18

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •