La mainmise des Français sur l'électricité belge provoque des inquiétudes en Belgique.

La Commission européenne doit se prononcer, jeudi 12 novembre, sur le projet d'EDF de prendre le contrôle du deuxième producteur d'électricité de Belgique, SPE.

Bruxelles peut donner son feu vert, éventuellement avec des conditions, ou lancer une enquête approfondie.

La Commission avait repoussé cette échéance à ce jeudi parce que le régulateur belge avait demandé à examiner le dossier.

La mainmise des Français sur l'électricité belge provoque des inquiétudes en Belgique. Le ministre belge de l'Economie, Vincent Van Quickenborne, avait notamment demandé en mai une enquête de la Commission européenne, soulignant que EDF et GDF "ont tous les deux le même actionnaire, à savoir l'Etat français".

Le passage sous pavillon français des joyaux de l'économie belge, dans l'énergie mais aussi dans d'autres secteurs, est un sujet sensible en Belgique.

Récemment, les critiques envers l'offensive des Français sur l'économie nationale ont été assez vives dans la presse et l'opinion concernant le secteur bancaire, et surtout la reprise de la première banque du pays, Fortis Banque, par BNP Paribas.

Outre GDF Suez et BNP, de nombreux grands groupes français sont présents sur le marché belge, comme par exemple France Télécom, dont la filiale de téléphonie mobile Mobistar est numéro 2 du marché belge, ou Carrefour, acteur majeur dans la grande distribution.

Source Challenges le 12/11/09