Au moins 13 morts dans des inondations à Ghardaïa, selon les quotidiens algériens du 02.10.2008

Ci-dessous, article d’EL WATAN / Edition du 14 mai 2006 en relation avec le sujet.
« …Les services du ministère comptent faire appel à l’unité Anabib de Ghardaïa pour couvrir les besoins dudit chantier en tuyauterie. La ville de Ghardaïa et sa périphérie bénéficieront d’un ovoïd (canalisateur) leur permettant de se prémunir des crues de la vallée du M’zab, un oued qui traverse le centre-ville de Ghardaïa. D’un coût de 760 milliards de dinars, le canalisateur en question va permettre à Ghardaïa de se débarrasser de ses eaux usées et le danger que présentent les crues. « Nous avons mis le paquet pour la protection de la ville et son assainissement », a affirmé le premier responsable du secteur de l’hydraulique. Afin d’amortir la force des crues et éviter les inondations, un barrage d’une capacité de 27 millions m3/an est en cours de réalisation en amont de l’oued M’zab. Ce barrage permettra également, selon les services de l’hydraulique de la wilaya, d’alimenter la nappe phréatique et protéger les terres agricoles. »
Par Madjid Makedhi

Apparemment cet ouvrage (barrage d’une capacité de 27 millions m3/an + ovoïd (canalisateur) n’a pas servi à grand-chose, et ce, bien entendu s’il a été bel et bien réalisé. Puis ce qu’il faudra plus c’est peut être la protection des populations et des biens avant les terres agricoles.
Enfin, je pense qu’il est opportun pour l’état Algérien (vu la manne financière actuelle) de se mettre sérieusement au service des citoyens et de trouver des solutions aux problèmes posés. Car l’avenir proche (moyen terme) ne s’annonce pas très radieux pour nous tous (tarissement des recettes, pourrissement de l’administration, décadence de l’école, clientélisme, tribalisme….)
Les catastrophes à travers l’histoire, ne sont pas une tare en elles mêmes, mais c’est plutôt leurs gestions qui peuvent laisser à désirer et surtout les leçons qui nous incombent raisonnablement d’en tirer.
Enfin pour terminer, j’ose toujours croire en l’Algérie « balad al mouâdjizet ! »