Dans un entretien à paraître aujourd’hui dans les colonnes de Liberté Foot, le président de la Fédération algérienne de football, M. Mohamed Raouraoua, a évoqué plusieurs sujets notamment celui ayant trait à la sélection nationale, la venue de Mehdi Lacen et l’affaire des six clubs sponsorisés par Djezzy.


D’emblée Raouraoua révèle que les conditions du séjour de l’EN en Afrique du Sud durant le Mondial ont été réglées. “Tout s’est bien passé, et je pense que nous sommes parmi les premiers pays à avoir tout réglé en Afrique du Sud concernant les modalités du séjour de notre équipe nationale, durant le Mondial. Tout est réglé, le centre de campement, le centre de transit, la billetterie pour nos déplacements durant les 3 matches du premier tour”, dit-il. Concernant le cas Lacen, le patron de la FAF indique que son instance lui a envoyé une convocation pour la Coupe d’Afrique des nations. “Je vois que ce sujet fait les choux gras de la presse algérienne. Je ne sais pas pourquoi certains veulent en faire toute une montagne, alors qu’il s’agit d’un simple renfort que le coach national a décidé en fonction de son expérience lors de la phase des éliminatoires du Mondial et de la CAN-2010. Je confirme donc que Mehdi Lacen a été convoqué par Rabah Saâdane pour prendre part à la Coupe d’Afrique des nations. Le coach national a fait le nécessaire en le convoquant, le reste, c’est à lui de le faire”. Raouraoua a tenu, par ailleurs, à préciser que le sélectionneur national est “souverain dans ses choix. Il est libre de choisir les joueurs qu’il veut et au moment où il le souhaite”. À propos du cas des six clubs sponsorisés par Djezzy qui refusent de porter le logo Nedjma en Coupe d’Algérie, Raouraoua a été catégorique. “Tout d’abord, précise-t-il, ces clubs ne sont plus qu’au nombre de quatre, puisque je vous informe que le MCO et l’ESS se sont démarqués de cette démarche en acceptant de jouer avec le seul logo de Nedjma, sponsor officiel et exclusif de la Coupe d’Algérie. La position de la FAF, nous l’avons déjà exprimée dans notre dernier communiqué publié sur le site Internet de la FAF. La Fédération n’acceptera aucun chantage de la part des clubs et elle n’hésitera pas à appliquer la réglementation de la Coupe d’Algérie sur tout le monde. Je veux juste préciser deux choses : primo, dans tous les pays du monde, l’organisation de la coupe est du ressort exclusif de la fédération. C’est à elle de choisir les sponsors. C’est le cas notamment en France avec le sponsor SFR”, fait-il savoir. Et d’enchaîner : “Au lieu de dire donc que la FAF nous a pris de court et qu’elle nous expose à une rupture de contrat avec leurs sponsors en raison de la Coupe d’Algérie, je rappelle à ces présidents de club qu’ils n’avaient pas le droit de s’engager comme bon leur semble avec leurs sponsors pour le championnat, pour la Coupe d’Algérie, ils en avaient aucunement le droit. C’est le domaine de la FAF. C’est là où le problème se pose et c’est à eux désormais de trouver la solution comme vient de le faire du reste le MCO. Secundo, pourquoi ces clubs n’ont pas adopté la même attitude quand il s’agit de la Coupe arabe ou de la CAF où les fédérations respectives imposent le respect de leurs engagements publicitaires ? Certains clubs ont bel et bien été amenés pour cette raison à enlever le logo d’un sponsor sans que personne ne crie gare. À ce moment-là, je n’ai pas vu ces présidents ruer dans les brancards. Maintenant, si l’objectif de cette agitation est de revoir le système de répartition de la prime globale de la Coupe d’Algérie en fonction de la puissance de tel ou tel club, moi je dis niet”, conclut-il.

Source