Emplois fictifs : Jacques Chirac mis en examen pour "prise illgale d'intrt"

De Pauline FROISSART (AFP) Il y a 3 heures

NANTERRE Un mois et demi aprs son renvoi en correctionnelle pour "dtournements de fonds publics", indit pour un chef d'Etat de la Ve Rpublique, l'ancien prsident Jacques Chirac a t mis en examen vendredi pour "prise illgale d'intrt" dans un autre dossier portant sur des emplois fictifs la mairie de Paris.

L'ancien chef de l'Etat a t entendu vendredi par le juge de Nanterre Jaques Gazeaux auquel il a "raffirm qu'aucun systme" n'avait "jamais exist la mairie", a rapport son entourage dans un communiqu.

Il a t mis en examen pour "prise illgale d'intrt", un dlit passible de cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

L'entretien a eu lieu vendredi matin dans les locaux du mdiateur de la Rpublique, Paris, "un lieu totalement neutre", a expliqu l'AFP l'avocat de Jacques Chirac, Matre Jean Veil. "L'entretien a dur 20 minutes, le juge ne lui a pos aucune question", a-t-il soulign, en ajoutant que M. Chirac avait t mis en examen pour "prise illgale d'intrt concernant sept emplois". L'ancien maire avait dj t entendu dans cette affaire en 2007 sous le statut de tmoin assist, un statut intermdiaire entre ceux de tmoin et de mis en examen.

La plainte de la mairie de Paris concernait des versements de salaires des permanents du RPR sous les mandats municipaux de M. Chirac (1977-1995).

Le cas de M. Chirac avait t disjoint dans l'attente de la fin de son mandat prsidentiel. Plusieurs condamnations ont t prononces en 2004, notamment l'encontre de l'ancien Premier ministre Alain Jupp, qui cumulait les fonctions de secrtaire gnral du RPR et adjoint aux Finances lorsque M. Chirac tait maire de Paris.

Dans son communiqu, le bureau de Jacques Chirac souligne que ce dernier "rappelle qu'il avait dj rpondu, en juillet 2007, l'ensemble des questions relatives ce dossier portant sur sept emplois, et qu'aucun lment nouveau n'est intervenu depuis lors".

"Sur le fond, le prsident Chirac raffirme qu'aucun +systme+ n'a jamais exist la mairie de Paris. Il est dtermin le faire reconnatre au terme de la procdure ouverte par la mise en examen dont il a fait l'objet ce jour", poursuit le texte. "Sur ce dossier comme dans son autre volet, instruit Paris, le prsident Chirac souhaite que la procdure puisse avancer dans les meilleurs dlais, afin que soit dfinitivement tabli que rien ne saurait lui tre reproch", conclut le communiqu.

M. Chirac a dj t renvoy en correctionnelle Paris le 30 octobre pour "dtournements de fonds publics" et "abus de confiance" par la juge d'instruction parisienne Xavire Simeoni. Son procs devrait se tenir au second semestre 2010.

L'ancien chef d'Etat sera jug pour 21 emplois de complaisance prsums, rmunrs entre octobre 1992 et mai 1995 par le cabinet du maire de Paris, fauteuil occup par Jacques Chirac de 1977 1995. Il encourt une peine de dix ans d'emprisonnement et 150.000 euros d'amende

Invit de l'mission Vivement Dimanche Prochain de France 2, le 29 novembre dernier, l'ancien prsident de la Rpublique avait dclar qu'il "irait naturellement devant le tribunal et (qu'il) expliquerait les raisons pour lesquelles ces emplois correspondaient l'intrt rel des Parisiens et des Parisiennes".

Il avait assur qu'il avait "pour nature d'ignorer les moments difficiles".

2009 AFP.