Pourquoi voir l'Afrique comme un immence baisodrome?

L'Afrique ne peut-elle pas prendre ses propres dcisions concernant la sant publique sans que les ONG envahissantes occidentales ne dcident ce qui est le mieux pour elle?


La distribution deau au lieu de la distribution massive de prservatifs en Afrique signifierait rduire la mortalit cause par beaucoup de maladies infectieuses et virales, y compris le Sida, crivent quinze tudiants camerounais Rome, dans une Lettre ouverte Zenit. Ils entendent protester contre les critiques qui ont pris pour cible le pape aprs son passage en Afrique, et ses propos sur le prservatif.

Une industrie lucrative

Le march des prservatifs est trs lucratif pour les occidentaux, affirment les auteurs. Les mdias auraient ainsi volontairement dform le message du pape, qui ne condamne pas lusage du prservatif mais prche pour un encadrement de la sexualit par un enseignement moral et sexuel. Cette manipulation mdiatique naurait pour but que de dtourner lintrt pour les problmes rels de lAfrique.

Par ailleurs, crivent-ils, les entreprises de fabrication de prservatifs sont implantes en Occident, et la richesse cre, aussi bien par la production que par le transport, reprsentent une source de revenus non ngligeable, ce qui encourage prsenter le condom comme seul moyen de lutte efficace contre les maladies transmissibles sexuellement (MTS).

Un modle de dveloppement occidental

Nous disons NON ce modle culturel tout fait tranger nos valeurs et nos traditions, quon veut nous imposer comme facteur dterminant pour lamlioration de notre qualit de vie, assnent les tudiants. Ils dnoncent une piti hypocrite qui conduit ne pas traiter les vrais problmes du continent africain. Des installations pour creuser des puits et produire de lnergie seraient nettement plus utiles. Ce sont des facteurs de dveloppement humain et conomique qui permettraient aux Africains de subvenir leurs besoins fondamentaux. Or, sur le plan conomique, les camerounais soulignent la pratique de mesures dfavorables, comme le protectionnisme agricole soutenu par lUnion Europenne, qui sont particulirement dommageables pour lindustrie africaine.

ABC contre Sida

Une exprience mene en Ouganda, en Afrique de lest, avec le soutien du gouvernement, a par ailleurs fait ses preuves. Cest lABC: A pour abstinence, B pour fidlit (be faithful en anglais) et C comme prservatif (condom). Dans le cadre de ce programme, lOuganda est le seul pays dAfrique avoir obtenu de bons rsultats dans la lutte contre le Sida. En 1991, la frquence dinfection de la population tait de 15%. En 2001, elle est passe 5%, faisant de lOuganda le champion africain de la lutte contre le VIH.

Ce sont deux chercheurs de lUniversit de Cambridge qui avancent ces chiffres. Leur tude, parut en 2004 dans le magazine anglophone Science, montre que lge moyen du premier rapport sexuel en Ouganda est pass de 15 19 ans chez les garons. La recommandation de fidlit aurait quant elle permis de rduire de 60% la tendance davoir de multiples partenaires. Finalement, le prservatif est la solution de dernier recours, quand labstinence et la fidlit ne sont pas respectes. Or, les chercheurs prouvent que ce sont surtout les deux premiers axes du programme qui ont permis de faire reculer les chiffres du Sida.

Des solutions adaptes au problme du Sida en Afrique

Ainsi, les tudiants, dans leur lettre ouverte, tout en dnonant le libralisme sexuel que les occidentaux chercheraient implanter en Afrique, soulignent que des solutions misant davantage sur lducation sexuelle et morale, associes au prservatif, permettrait davantage de rduire la porte de linfection. Ils insistent galement sur limportance de donner lAfrique les moyens de son propre dveloppement, car cest de cette manire que les questions de sant et de pauvret seront efficacement traites. Cest pour eux le seul moyen de rsoudre les problmes qui donnent lAfrique limage dun continent dsespr.

http://www.zenit.org/article-20875?l=french