REVELATIONS.

Plus de trois mois aprs larrestation laroport dAlger de Chani Medjdoub, principal suspect dans le dossier de corruption li lautoroute Est-Ouest, laffaire na toujours pas livr tous ses secrets.

Les enquteurs tentent actuellement de comprendre le systme complexe des rtro-commissions et le rle des diffrents intervenants algriens et trangers dans le dossier : qui a pris quoi ? Comment ? Et en change de quoi ?

Le groupement Citic-Crcc est constitu dune socit financire (Citic) et dun conglomrat de travaux publics (Crcc), lun des plus importants de Chine. Cest Citic qui a men les ngociations avec les autorits algriennes. Elle a ensuite sous-trait la ralisation du projet Crcc dans le cadre du groupement.

Dans ce projet, la marge de Citic slve environ 30%. Comprendre : sur 6,2 milliards de dollars du contrat attribu par lAlgrie Citic-Crcc, Citic empoche 1,86 milliard.

Sur cette partie, la marge nette dclare par Citic aux autorits chinoises est de 10%, soit 186 millions de dollars. Le solde -1,67 milliard- devait constituer la part rserve aux rtrocommissions : rmunration des diffrents intermdiaires et consultants qui ont jou un rle dans le projet.

Les commissions vont de quelques centaines de milliers de dollars des centaines de millions de dollars, en fonction du rle jou. La pratique na rien dillgale. Elle est courante dans les contrats internationaux.

Selon les informations d'une source proche du dossier, depuis le dbut du projet, Citic-Crcc a peru un paiement total de 2,5 milliards de dollars de la part de lAlgrie pour les parties dj ralises. Le montant des premires rtrocommissions slve 670 millions.

Au cur du systme des rtrocommissions, on retrouve une socit - Pearson Asia Capital- base en Chine et deux hommes : le franais Pierre Falcone et lAlgrien Chani Medjoub. Pearson Asia Capital est charge de distribuer 80% des commissions, soit 536 millions, et 20% restants sont distribues par Citic des consultants qui ont travaill directement avec elle. Il sagit notamment dexperts chinois et internationaux qui ont collabor au projet.

En ralit, Pearson Asia Capital est la proprit de Pierre Falcone. A elle seule, elle a peru 20% des 536 millions, soit 107 millions. En troite collaboration avec Chani Medjoub, cette socit tait charge dindiquer Citic qui devait toucher des commissions et prciser les rles de chaque intervenant. Pierre Falcone faisait la pluie et le beau temps. Pour les Chinois, il tait incontournable sur lAlgrie , explique un connaisseur du dossier.

Mais Chani Medjoub a profit de cette proximit avec Pierre Falcone les deux hommes ont convaincu les Chinois quils taient les reprsentants de lEtat algrien- pour crer au moins cinq socits diffrentes. Chacune delles a peru un pourcentage du montant des commissions. Au total, la part perue par Chani Medjoub slve au moins 107 millions de dollars. Aux Chinois, les deux hommes ont expliqu quune partie des sommes rcoltes tait destine des personnalits de lEtat algrien. Mais en ralit, les sommes rcoltes sont alles directement dans les poches des intermdiaires concerns dans des comptes ouverts dans plusieurs pays europens.

Deux autres noms apparaissent dans lenqute des services de scurit : les frres Bedjaoui. Les neveux de lancien ministre des Affaires trangres auraient peru des commissions de prs de 100 millions de dollars. Mais la justice na pas pu les entendre, car ils vivent tous les deux au Canada.

TSA