Le Parti Baas (ou Ba'ath ou Ba'as ou Parti Baas arabe socialiste) originel est créé en 1947 à Damas et a pour but l'unification des différents États arabes en une seule et grande nation. Le mot arabe بعث signifie en français « résurrection » ou « renaissance ».

Après de nombreux événements (dont la scission du parti en deux et l'exil de ses fondateurs), le Baas arriva au pouvoir en Syrie (1963-1966 puis de 1970 jusqu'à nos jours) et en Irak (1963, chassé la même année puis de 1968 à 2003). Cependant, l'idéologie originelle n'est plus qu'un lointain souvenir pour ces deux branches du Baas.

La doctrine baassiste combine le socialisme arabe et le nationalisme panarabe. La laïcité est un autre pilier du Baas : Michel Aflak reconnaît la place prépondérante de l'islam dans l'essor de la nation arabe, mais pense que seul un État laïc permettra de regrouper toutes les composantes d'une nation arabe très divisée sur le plan confessionnel. La devise du parti Wahdah, Hurriyah, Ishtirrakiyah signifie « Unité, Liberté, Socialisme ». « Unité » se rapporte à l'unité panarabe, « Liberté » souligne la liberté vis-à-vis des intérêts occidentaux en particulier, et « Socialisme » fait référence spécifiquement au socialisme arabe opposé au marxisme et se fondant sur la personne (et non les classes).

Origines :

Les partis Baas syrien et irakien sont issus du mouvement Ba'as, un mouvement politique arabe et socialiste qui a commencé au début du XXe siècle, fondé par des penseurs syriens, principalement Michel Aflak (chrétien orthodoxe). Deux autres partisans notables de l'idéologie baassiste des débuts sont, Salah al-Din al-Bitar (sunnite) puis Zaki al Arzouzi (alaouite). Comme Michel Aflak, ils ont eu des carrières d'éducateurs de la classe moyenne, influencés dans leur pensée politique par l'éducation occidentale. Beaucoup des premiers baassistes étaient également chrétiens. Le mouvement a également trouvé appui parmi l'aile plus républicaine des soldats irakiens dans les services britanniques et plus tard hachémites.

Le Parti socialiste arabe Baas a été officiellement fondé lors du premier congrès du parti, tenu à Damas le 7 avril 1947.

Le parti, fondé en opposition à la fois au protectorat français et à la génération plus ancienne des nationalistes arabes syriens, préconisa à la place une unité panarabe et un nationalisme arabe. Le Parti baassiste syrien s'est opposé à l'influence de l'Europe dans les affaires intérieures, et a employé le nationalisme et la notion d'unification du monde arabe comme plate-forme. Les baassistes ont toujours prétendu parler au nom de la nation arabe entière et pour le progrès des masses, bien que le parti soit demeuré extrêmement petit, factieux et souvent dépendant des nationalistes radicaux parmi les militaires. Cependant, son influence s'est rapidement étendue à d'autres pays arabes au cours des années 1954-1958, et des branches furent formées en Irak, Jordanie, et au Liban.

Le baassisme irakien

En Irak, la première tentative de prise de pouvoir par le parti Baas remonte à 1962, mais c'est effectivement en 1968 que le parti se saisit du pouvoir par un coup d'État. Son régime dure jusqu'en 2003.

Les partis Baas syrien et irakien actuels diffèrent largement et s'opposent partiellement, bien qu'ils se soient séparés longtemps après leur création. Ils partagent un trait commun en cela que sous Saddam Hussein le parti irakien s'est également éloigné des principes de baassisme.

Histoire
]
En Irak le Parti Baas est demeuré un groupe civil et a manqué d'un appui fort chez les militaires. Le parti a eu peu d'impact, et le mouvement s'est séparé en plusieurs factions après 1958, puis en 1966. Il a aussi manqué d'un appui populaire. Mais, par la construction d'un appareil fort, le parti a réussi à prendre le pouvoir.

Le baassisme est arrivé au pouvoir la première fois lors du coup d’État de février 1963, quand Abdul Salam Arif est devenu le président. Les interventions du parti ba'assiste syrien et l'opposition entre les modérés et les extrémistes, aboutit à un nouveau coup d’État en novembre 1963, permettant de discréditer les extrémistes. Cependant, les modérés continuèrent à jouer un rôle important dans les gouvernements non-baassistes suivants.

En juillet, 1968, un coup d’État permit au général baassiste Ahmad Hasan al-Bakr de prendre le pouvoir. Les conflits internes au parti continuèrent, et le gouvernement fit périodiquement des purges parmi les dissidents. Saddam Hussein succéda à Al-Bakr en 1979 et dirigea l'Irak jusqu'en 2003. Bien que presque toute la conduite baassiste n'ait eu aucun fond militaire, sous Hussein le parti changea nettement et se militarisa, les principaux dirigeants apparaissant fréquemment en uniforme.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_Baas