Les femmes sans titre de séjour sont plus vulnérables
Dans notre pays, les femmes en possession d'un titre de séjour légal sont autant victimes de la violence liée à l'origine que les femmes qui n'en ont pas. Mais pour ce dernier groupe, ne pas faire appel à un service d'aide est plus fréquent.

Ce constat est tiré d'une étude à petite échelle menée par le Centre International pour la Santé Reproductive (ICRH) de l'Université de Gand. Quarante femmes de toutes origines et avec des titres de séjour différents ont participé au projet.

De l'expérience de ces femmes, il ressort que celles avec ou sans titre de séjour valable sont autant confrontées à la violence liée à l'origine dans notre pays. Sur les 40 femmes, 36 ont déjà été confrontées à une forme de violence (physique, socio-économique...) 13 d'entre elles ont été victimes de violences sexuelles.

Cependant, les femmes sans titre de séjour légal apparaissent comme plus vulnérables. Ce sont surtout les femmes qui ont grandi dans notre pays et qui possèdent un titre de séjour valable qui font plus facilement le pas vers les services d'aide.

C'est pourquoi l'ICRH plaide pour une aide sociale égale pour tous, indépendante des titres de séjour et qui travaillerait davantage sur la prévention que sur la répression. (belga/ca)
22/12/09 09h56