Vendredi 22 janvier 2010
par algerep

Oui, ça sent vraiment le roussi dans la barbe du barbu bcbg (bon chic bon genre) patron du Hamas local, ancien ministre et troisième moignon du trépied de l’alliance présidentielle.

Son parti vient de laisser des plumes à la faveur des récentes élections pour le renouvellement du Sénat, menées loin des préoccupations du peuple.

Il est de plus contesté par Menasria, le second du parti qui l’accuse de privatiser le MSP, « il fait tout pour plaire au pouvoir et défend ses intérêts personnels » précise-t-il ( El Watan du 23 octobre)

Ensuite, certains posent des questions bien ennuyeuses du genre : on soupçonne « des accointances d’ordre politiciennes » entre MSP et AKP (parti islamiste au gouvernement en Turquie) à la suite de l’affaire du thonier turc arraisonné en juin à Annaba. (Liberté du 24 août) : « le département de la pêche est en effet géré par un ministre islamiste, Smail Mimoune en l’occurrence. Et comme tous les secteurs gérés par l’ex-Hamas, tous les cadres du cabinet jusqu’à la base sont des militants du parti de Aboudjerra Soltani ». On notera aussi que « plus de 20 milliards de dinars ont été engloutis » dans la gestion de la pêche au thon rouge. ( El Watan du 29 décembre 2009). Les intérêts de l’Algérie sont bradés sans état d’âme !

Puis cette étrange démarche qu’aurait entrepris le pauvre patron de Hamas auprès du directeur de l’office national du hadj et de la omra, pour exiger une prise en charge totale pour lui et sa famille afin de se rendre aux lieux saints de l’islam. Notre saint homme était courroucé et menaçant après le refus du directeur Berbara. (Selon le périscope du Soir d’Algérie.)

On n’oubliera pas de signaler que le dernier ouvrage du chef de la tariqa alawiya, Khaled Bentounès, « soufisme, l’héritage commun », a suscité la réaction hostile des milieux islamistes. « Si l’auteur ne retire pas les miniatures et ne corrige pas ses propos sur le hidjab, l’ouvrage doit être retiré du marché » estime le chef de Hamas : censure ! (El Watan du 20 août)
Enfin, pour le moment, on notera cette étrange affaire relatée par El Watan du 21 octobre 2008. Soltani a fui la Suisse, avec femme et bagages, le 16 du mois pour éviter d’être auditionné par la justice. Selon une ONG suisse TRIAL un certain Nouar Abdelmalek, fonctionnaire au ministère de la Défense avait publié en 1998 un rapport impliquant Soltani dans une affaire de recrutement d’un jeune islamiste algérien envoyé en Afghanistan. En 2005 ce monsieur est arrêté, l’ONG affirme qu’il a été dirigé au centre de Chateauneuf : « ce jour-là M. Soltani, alors ministre d’Etat, s’est rendu dans la salle où se trouvait Abdelmalek afin de diriger la séance de torture durant environ deux heures…. ».

Il s’agit d’accusations d’une extrême gravité. Le patron de Hamas a démenti avec retard comme son parti d’ailleurs. Jusqu’ici les autorités n’ont pas réagi, ni confirmation, ni démenti. Quand la justice algérienne va-t-elle enfin se saisir du dossier ?

Âich et- chouf !

Djamel Mouhab