Je voudrais visiter les ruines de Timgad. Quest-ce que vous avez me proposer comme circuit et prise en charge pour une famille de quatre personnes ?

Ltonnement saffiche sur le visage de la demoiselle charge de laccueil des clients au niveau de lagence de voyages. Manifestement, ne parvenant pas nous caser dans une des catgories de clients quelle a lhabitude de recevoir, elle se demande si elle a affaire un plaisantin ou un original.

Finalement, elle opte pour le deuxime profil et nous traite comme tel en nous expliquant que lagence na aucune formule ni circuit de ce genre, mais je peux, si vous voulez, me renseigner pour vous sur les htels dans la rgion, nous propose-t-elle aimablement. Sinon, nous avons des formules pour des sjours en Tunisie, en Turquie, en Grce Il y a aussi des ruines dans ces pays, nous suggre la jeune fille qui, en professionnelle, essaye de nous vendre les produits de lagence.

La mme requte sera faite dans dautres agences de voyages d'Alger. A quelques nuances prs, nous aurons les mmes rponses pour les visites de sites algriens et des suggestions pour la dcouverte de ceux trangers.

Pourtant , les ruines de villes et ports romains, les palais ottomans, les vestiges numides, les mdinas, les ksour existant en Algrie nont rien envier de nombreux sites dautres pays.

Si on y ajoute la poterie noire dAdrar, les foggaras du Sud-Ouest, les systmes dirrigation des oasis, les stations des peintures et gravures rupestres, les bijoux en argent de Kabylie, le tapis dAth Hichem, les musiques et ftes populaires et tant dautres produits des patrimoines culturels des diffrentes rgions dAlgrie, on peut aisment tablir non pas un, mais une bonne demi-douzaine de circuits touristiques, et qui se vendraient comme des petits pains.

Mais vendre un circuit culturel exige lexistence de lenvironnement ncessaire. Il faut quil y ait des infrastructures daccueil (htels, auberges, campings, restaurants), des moyens de transport et un personnel spcialis (guides, voyagistes, promoteurs), en plus de la scurit.

Nous remarquerons que la cration de cet environnement requiert limplication de plusieurs ministres qui devraient travailler de concert pour un mme objectif : la cration et la promotion dun tourisme culturel qui, sil est exploit, peut gnrer des recettes importantes et mme devenir un crneau conomique porteur.

Or, pour lheure, nous navons que le produit, et encore pas toujours en bon tat de prservation. Il y a donc du travail accomplir dans ce secteur galement tant dans le domaine de la prservation que dans ceux de la restauration, de la mise en valeur et de la promotion.

On peut bien opposer, juste titre dailleurs, quil serait dangereux de traiter la culture comme un vulgaire produit quon commercialiserait comme une quelconque marchandise.

Il nen serait rien si on forme le personnel spcialis et quon active les institutions en charge des patrimoines pour garantir une exploitation judicieuse de ces filons qui, faut-il le souligner, profitera aux sites. Car une partie des recettes enregistres ira lentretien de ces sites.

Il ne reste donc qu convoquer lintersectorialit pour que le tourisme culturel devienne une ralit conomique dans ce riche pays qu'est l'Algrie.

Par la Tribune