Le président-directeur général de l’Entreprise du métro d’Alger (EMA) a été auditionné jeudi par le juge d’instruction du tribunal de Sidi M’hamed à Alger.

Le responsable de cette entreprise, qui relève du ministère des Transports, aurait été placé sous mandat de dépôt.

A l’heure actuelle, peu d’éléments d’information ont filtré sur les raisons qui ont conduit à cette audition. Il semblerait, toutefois, qu’elle serait liée à une ou plusieurs passations de marchés dans le cadre des nombreux projets placés sous la responsabilité de l’Entreprise du métro d’Alger.

Rappelons qu’au mois d’octobre 2009, ce secteur avait été secoué par la mise sous détention provisoire du directeur de la planification au ministère des Transports.

Ce dernier avait été poursuivi pour corruption dans le cadre du marché d’équipement du projet du métro d’Alger, estimé à 380 millions d’euros.

Le directeur de la planification est accusé d’avoir facilité l’attribution du marché à un consortium conduit par l’entreprise allemande Siemens.

Il est utile de rappeler que l’Entreprise du métro d’Alger a sous sa responsabilité des projets stratégiques en matière de transport urbain.

Outre le projet du métro de la capitale — dont la mise en service a été maintes fois reportée —, l’EMA est également chargée de réaliser les projets de tramway d’Alger, de Constantine et d’Oran ainsi que diverses infrastructures de transport par câbles (téléphériques et télécabines).

Des marchés qui se chiffrent à plusieurs centaines de millions d’euros et qui intéressent au plus haut point de grands groupes internationaux.

Alstom, Vinci, Siemens et la RATP font partie des principaux intervenants dans ce domaine de haute technologie.

T. H.

http://www.lematindz.net/news/2967-l...a-justice.html