«Vouloir lancer un débat sur ce sujet, c'est jeter de l'huile sur le feu », indique Hafid Ouardiri, ancien porte parole d'une mosquée de Genève C'est le quotidien suisse-alémanique Tages-Anzeiger qui le révèle dans son édition d'hier : un délégué du parti des « Verts » demande un débat sur la circoncision. Consternation des musulmans et des juifs en Suisse.


Diego Hätenschwiler, membre du bureau du Parti écologiste suisse, considère que la circoncision est une « atteinte à l'intégrité physique » comparable à l'excision, et c'est pour cette raison qu'il veut que le sujet soit discuté lors de la prochain séance de son parti. « C'est un sujet dont on a très peu parlé en Suisse. Il faut briser ce tabou et en discuter »affirme-t-il au Tages-Anzeiger.

Un autre tabou qu'il faudrait songer à briser est celui de l'islamophobie, mais apparemment, le parti des Verts est plus prompt a jouer la surenchère sur le terrain de l'extrême droite, qui a obtenu, il y a quelques semaines, l'interdiction de la construction des minarets en Suisse.

Interrogé à son tour, Hafid Ouardiri, ancien porte-parole de la mosquée du Petit-Saconnex (Genève), apprécie fort peu cette prise de position : « Cette question n'a pas à être débattue. La circoncision appartient à la tradition abrahamique à laquelle nous tenons et représente un élément d'hygiène important. Vouloir lancer un débat sur ce sujet, c'est jeter de l'huile sur le feu ».

Sabine Simkhovitch-Dreyfus, vice-présidente de la Fédération suisse des communautés israélites de Suisse, se dit interloquée par la proposition des Verts. « C’est l’ouverture d’un débat dont on sait où il commence mais dont on ne sait pas où il finit. Le contexte général de remise en question de toute une série d’acquis dans le domaine de la liberté religieuse est inquiétant. On remet en cause un élément fondamental de la pratique des juifs et des musulmans en Suisse et qui ne nuit en rien à leur intégration. »

Spencer Delane, pour Mecanopolis