Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: Le rapprochement dans les pensées de l'Imam Moussa Sadr

  1. #1
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut Le rapprochement dans les pensées de l'Imam Moussa Sadr

    Écrit par Mohammad Nakhaï
    Dimanche, 06 Septembre 2009

    Le rapprochement des écoles islamiques : La stratégie et les tactiques

    Il est un religieux progressiste, un combattant courageux, un penseur respectueux de la tolérance, un partisan du dialogue et du débat libre, et un Joseph disparu, dont l'on attend toujours le retour. Il s'agit du grand penseur de notre temps, enlevé par ses ennemis, l'Ayatollah Seyed Moussa Sadr.

    La personnalité de l'Imam Moussa Sadr est caractérisée par de nombreux traits remarquables : la religiosité, la politique, la pertinence de ses opinions économiques, sociales et culturelles, l'innovation de ses pensées religieuses et ses combats politiques font de lui l'une des personnalité les plus brillantes de l'histoire contemporaine. Le présent article, est consacré aux pensées de l'Imam Moussa Sadr dans le domaine du rapprochement des écoles islamiques et l'unité du monde musulman.

    * * *

    Il n'y a aucun doute que L'Imam Moussa Sadr est l'un des pionniers du mouvement du rapprochement des écoles islamiques et l'un des porte-étendards de l'unité des Musulmans tant sur le plan théorique que pratique. Pendant les années de son séjour en Iran, en Irak et au Liban, il oeuvrait constamment pour la réalisation de cet objectif. Il est évident que l'existence des écoles et des confessions différentes provient de la diversité des pensées et des croyances. La foi et les croyances religieuses sont les fruits de la pensée et de la raison qui font distinguer les humains et expliquent sa supériorité et sa noblesse par rapport aux autres créatures du Seigneur. Dans la vision du monde de l'Imam Moussa Sadr, il faut toujours respecter la raison et la pensée humaines, car l'Islam protège la liberté de conscience et la liberté de la pensée.

    Il a dit : "Une partie très importante des enseignements de l'Islam est consacrée à la sauvegarde et à la protection de la dignité humaine. En Islam, il est recommandé à tous les Musulmans de se respecter les uns les autres : leur personnalité, leur dignité, leurs biens et leur honneur." En effet, l'idée de l'unité des Musulmans et du rapprochement des écoles islamiques occupe une place très privilégiée dans les pensées de ce grand penseur religieux et culturel. L'Imam Moussa Sadr accorde une importance toute particulière à la dignité de l'être humain dans le domaine de l'unité de l'Oumma islamique. Il croyait que le premier pas à franchir dans la voie de l'éducation et l'élévation intellectuelle d'une société humaine, consistait à favoriser une prise de conscience sur la dignité de l'homme, sinon les gens risqueraient de ne jamais réussir à améliorer leurs conditions de vie tant sur le plan individuel que social.

    En ce qui concerne la nécessité d'un mouvement d'unité islamique, l'Imam Moussa Sadr disait : "L'unité est une nécessité indéniable pour les Musulmans; car ils doivent renforcer leur confiance en eux, et connaître et reconnaître leurs responsabilités dans leur marche vers le progrès et pour déterminer eux-mêmes leur sort et forger eux-mêmes leur avenir. L'unité, la convergence des forces, et le renforcement des capacités de l'Oumma islamique ne sont pas seulement des questions d'ordre religieux, car tout cela touche directement la totalité de notre vie, de notre dignité et le sort des générations futures. C'est donc une question vitale et prioritaire."

    Ceci étant dit, nous voyons clairement que le regard que porte l'Imam Moussa Sadr sur l'idée de l'unité de l'Oumma islamique n'est ni superficiel ni conjoncturel, mais une vision profonde fondée sur une pensée et une réflexion, ô combien, profondes.

    Il disait : "L'unité des Musulmans n'est pas un slogan. Par contre, elle doit être ancrée dans nos pensées et nos sensibilités, dans nos têtes et dans nos cœurs, mais aussi dans nos pratiques et nos actes. Car, en réalité, notre avenir en dépend." En 1947, alors qu'il n'avait que 19 ans, l'Imam Moussa Sadr a pris la parole en présence de l'Allameh Amini, pour parler de la nécessité de l'unité entre les Chiites et les Sunnites. Il a profité de cette occasion, pour exprimer ses idées dans ce domaine et défendre le mouvement du rapprochement des écoles islamiques ; idées auxquelles il est resté toujours fidèle, dans ses pensées et dans ses actes.

    Conscient de l'importance du respect de la dignité de l'être humain, l'Imam Moussa Sadr a eu la chance d'être écouté et apprécié aussitôt par ses contemporains. Feu Seyed Djaafar Chahidi se rappelait de cette époque-là : "Moussa Sadr était à cette époque-là, très respecté comme un religieux éminent et un partisan fervent du mouvement du rapprochement des écoles islamiques. Au Caire, j'ai été témoin du respect que les égyptiens et les oulémas venant d'autres pays musulmans accordaient à Moussa Sadr. Grâce à sa connaissance profonde sur la situation des sociétés islamiques, il connaissait très bien leurs besoins. Il avait d'ailleurs très bien compris la nécessité de l'établissement et du renforcement des liens étroits entre les différentes écoles et confessions musulmanes."

    Seyed Djaafar Chahidi se souvenait aussi des activités de l'Imam Moussa Sadr dans le domaine du rapprochement : "Moussa Sadr avait été convaincu qu'il fallait élaborer, sur le plan théorique, une stratégie déterminée, ainsi que des mécanismes pratiques pour la réaliser. Dans une première étape, il avait établi des liens étroits avec des partisans du rapprochement et de l'unité islamique, pendant son séjour à Qom et à Nadjaf. Il avait donc réussi à faire connaître ses idées aux grands dignitaires religieux des écoles théologiques de Qom et de Nadjaf, tels que les grands Ayatollahs Boroudjerdi, Mohaqeq Damad, Hakim, Khoï et l'Imam Khomeiny – que leurs âmes reposent en paix."

    Dans une deuxième étape, l'Imam Moussa Sadr organisait des réunions et conférences consacrées au rapprochement des écoles islamiques. Cela était une occasion pour qu'il prenne, lui aussi, la parole pour exprimer ses propres idées. Pour Moussa Sadr, l'organisation de ces rassemblements figurait certes parmi les initiatives positives et fructueuses pour œuvrer dans la voie de l'unité des Musulmans ; bien qu'elle ne soit pas suffisante. Le pas le plus important qu'il fallait franchir, d'après lui, était le rapprochement sur la base d'une unité jurisprudentielle.

    L'Imam Moussa Sadr était convaincu que les précurseurs du mouvement du rapprochement des écoles islamiques avaient préparé le terrain à une unité en matière de jurisprudence. Selon lui, la réunion des grands dignitaires religieux ou la publication de livres, d'essais et d'articles sur les bienfaits de l'unité islamique ne suffisaient pas à réaliser cet objectif. D'après l'Imam Moussa Sadr, pour que l'Oumma islamique puisse vivre une véritable unité, il fallait absolument œuvrer pour une unité jurisprudentielle pour toutes les écoles et toutes les confessions musulmanes.

    Certes, il n'entendait pas par l'unité jurisprudentielle, l'uniformité et la convergence absolue en matière des fatwas émis par les oulémas, car il est évidemment impossible que les oulémas des différentes écoles pensent tous de la même façon.

    Par contre, il croyait que la différence entre les fatwas n'était pas un facteur de divergence, mais un élément de richesse et de perfectionnement. Il disait : "Ces théories jurisprudentielles, lorsqu'elles sont exprimées sous formes de fatwas et de décrets, risquent malheureusement de devenir une source de discorde et de désaccord parmi les adeptes de différentes écoles islamiques, sauf s'il y ait un mécanisme permettant de les faire converger." En réalité, les Musulmans de toutes les confessions pouvaient, cependant, se mettre très facilement en accord en ce qui concernait, par exemple, l'unité du calcul des horaires, l'observation du croissant de la lune du mois de Chawal, le calendrier des fêtes religieuses et l'organisation de la prière collective de sorte que les adeptes de toutes les écoles et confessions islamiques puissent y participer ensemble. D'après lui, il y avait là des occasions en or pour renforcer l'unité des Musulmans et rehausser leur rang parmi les nations du monde.

    D'après l'Imam Moussa Sadr, la réalisation de l'unité en matière de jurisprudence dépendait d'abord de la volonté des penseurs, des oulémas et des dirigeants religieux du monde musulman. Le soutien des dignitaires religieux au mouvement du rapprochement aura, sans aucun doute, des conséquences décisives dans la vie de l'Oumma islamique. Il rencontrait régulièrement des oulémas et leur écrivait souvent des lettres pour les appeler à accorder leur soutien précieux et déterminant à la sauvegarde des valeurs sacrées de l'Islam, notamment l'unité des Musulmans. La lettre qu'il avait écrite au Cheikh Hassan Khaled, grand mufti du Liban en est un exemple remarquable.

    Dans le même temps, il n'a jamais oublié l'importance des débats théoriques dans le domaine du rapprochement, qu'il essayait de développer dans ses écrits ou dans ses discours. Pour lui, ces débats théoriques pourraient bien servir de fondement à une solution pratique en matière du rapprochement des écoles islamiques. Il disait : "Il n'y a ni de différend ni de contradiction entre les Chiites et les Sunnites. Les Chiites et les Sunnites sont tous musulmans et adeptes d'une même religion." Dans le sillage de ces pensées profondes, l'Imam Moussa Sadr était à l'origine des efforts déployés pour établir des liens étroits et profonds parmi les centres d'enseignement islamique en Afrique et les écoles théologiques chiites au Liban. Le président de l'Association des oulémas sunnites de Beyrouth, M. Ahmad Alzin a dit : "L'Imam Moussa Sadr était un grand religieux chiite et il appartenait à une très noble famille d'oulémas musulmans. Cependant, il veillait très attentivement à ce que son comportement ou ses pensées ne soient jamais marqués par le fanatisme religieux. En effet, l'Imam Moussa Sadr avait une vision très ouverte sur l'Islam et sur toutes les écoles et confessions islamiques."

    Bien qu'il se préoccupait tant de l'unité de tous les Musulmans, il est toujours resté fidèle aux fondements du chiisme. Dans sa pensée et dans son acte, l'Imam Moussa Sadr était un partisan fervent du rapprochement, mais il n'a jamais négligé son identité chiite. Cela s'avérait d'autant plus important à l'époque, car il souhaitait que les Chiites libanais participent, comme tous leurs compatriotes, à la vie politique, sociale, culturelle et économique du Liban. Par conséquent, pendant des années où il a vécu au Liban, chaque fois qu'il participait à une cérémonie religieuse organisée par la communauté chiite, il était toujours accompagné de plusieurs religieux et penseurs sunnites ou chrétiens.

    Avant de conclure cet article, il convient de rappeler que le secret de la grande popularité de l'Imam Moussa Sadr parmi les adeptes de toutes les écoles et confessions islamiques, résidait dans son comportement et ses vertus. Il était sincère et particulièrement vertueux même avec ses détracteurs, et sa personnalité était profondément marquée par le dynamisme et l'innovation.
    Mise à jour le Lundi, 07 Septembre 2009 11:52

    Source : http://www.taghrib.ir/french/index.p...0-26&Itemid=73
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  2. #2
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut Le penseur originel du Hizbollah

    Le penseur originel du Hizbollah libanais. Ses ennemis (les dictateurs arabes) ont compris la puissance de ses idées unificatrices de tout les musulmans...
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

Discussions similaires

  1. L'imam de Drancy, un médiateur menacé
    Par Jalal dans le forum Actualité Internationale
    Réponses: 1
    Dernier message: 30/01/2010, 02h46
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 24/11/2009, 22h37
  3. L'Imam le plus rapide au monde ‫أسرع إمام في العالم
    Par kredence dans le forum Islam : Questions et Réponses
    Réponses: 7
    Dernier message: 07/10/2009, 20h12
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 08/07/2009, 23h58
  5. Pensées...
    Par alidjraamar dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 2
    Dernier message: 12/04/2009, 07h32

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •