Poutine estime que la Gorgie a perdu la possibilit de contrler l'Osstie




Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a dclar samedi que la Gorgie, aprs son opration "criminelle" contre la rpublique sparatiste d'Osstie du Sud, qui a dclench une violente intervention militaire russe, ne pourrait plus rtablir sa souverainet sur ce territoire.

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a dclar samedi que la Gorgie, aprs son opration "criminelle" contre la rpublique sparatiste d'Osstie du Sud, qui a dclench une violente intervention militaire russe, ne pourrait plus rtablir sa souverainet sur ce territoire.
"Un coup mortel a t port l'intgrit territoriale de la Gorgie, un dommage considrable (a t provoqu) sa souverainet tatique: il est difficile de s'imaginer comment il serait possible aprs tout ce qui s'est pass (...) de convaincre l'Osstie du Sud de faire partie de l'Etat gorgien", a dclar M. Poutine Vladikavkaz, capitale de la rpublique russe d'Osstie du Nord, voisine de l'Osstie du Sud.

Les protagonistes ont continu publier des bilans contradictoires. Mille six cents personnes ont t tues Tskhinvali, selon une responsable des autorits sparatistes, Irina Gagloeva.
L'ambassadeur de Russie Tbilissi a fait tat d'"au moins 2.000 civils tus" dans les combats Tskhinvali, selon l'agence Interfax. M. Saakachvili a dmenti, parlant de "mensonges flagrants". Il n'y a "pratiquement pas de civils tus", a-t-il affirm.
Plus de 30.000 personnes auraient fui l'Osstie du Sud, franchissant la frontire avec la Russie, d'aprs le vice-Premier ministre russe Sergue Sobianine.

Alors que le Conseil de scurit de l'ONU devait tenir une nouvelle runion sur le conflit entre la Russie et la Gorgie, la France, qui prside l'Union europenne, a annonc que le ministre franais des Affaires trangres, Bernard Kouchner, se rendrait "ds que possible dans la rgion" pour proposer "une sortie de crise".
La prsidence franaise a galement annonc une runion des ministres des Affaires trangres de l'UE "au dbut de la semaine prochaine".
Peu avant ces dveloppements, le prsident gorgien Mikhel Saakachvili a propos la Russie que les forces gorgiennes cessent le feu en Osstie du Sud si la Russie, intervenue pour soutenir les sparatistes, mettait fin ses bombardements ariens en territoire gorgien.

"Nous sommes prts cesser le feu immdiatement si l'autre partie cesse de tirer et de bombarder", a dclar M. Saakachvili sur la chane de tlvision amricaine CNN.
"Il est vident dsormais qu'il devrait y avoir un cessez-le-feu, qu'il devrait y avoir un dsengagement", a dit le prsident gorgien.
"Ils (les Russes) nous combattent et nous bombardent partout dans le pays. (...) Ils bombardent des cibles civiles", a affirm M. Saakachvili. "Cela doit cesser immdiatement. Le monde doit s'unir. Il est temps que le monde rponde sans quivoque cette violence, parle d'une seule voix pour condamner ces crimes de guerre", a-t-il ajout.

Les 2.000 hommes du contingent gorgien en Irak taient prts samedi rentrer en Gorgie pour participer aux combats, mais attendaient le feu vert de Tbilissi, selon un responsable du contingent.
Plus tt, M. Saakachvili avait annonc qu'il avait "sign un dcret sur l'tat de guerre".
Dans la journe de samedi, un nouveau front s'est ouvert en Abkhazie, autre rpublique sparatiste de Gorgie soutenue par la Russie.
Le prsident abkhaze Sergue Bagapch a annonc que ses forces avaient lanc une opration pour chasser les troupes gorgiennes des gorges de Kodori, seul secteur d'Abkhazie qui chappe leur contrle.
Les deux parties ont fait par la suite des dclarations contradictoires sur la situation sur le terrain dans cette zone.

Par ailleurs, depuis le dclenchement de l'offensive gorgienne en Osstie du Sud dans la nuit de jeudi vendredi, la situation reste confuse dans la capitale de cette rpublique sparatiste, Tskhinvali. L'arme russe comme Tbilissi affirmaient la mi-journe contrler cette ville.
Ct gorgien, la tlvision a fait tat d'un bombardement par l'aviation russe sur la ville de Gori, dans le nord de la Gorgie, qui aurait tu un nombre indtermin de civils.
Les forces ariennes russes ont "compltement dvast le port de Poti sur la mer Noire, site clef pour le transport de ressources nergtiques de la mer Caspienne" vers l'Europe, selon le ministre gorgien des Affaires trangres.

Rejetant les accusations de Tbilissi, la Russe a ni avoir voulu le conflit.
La Russie ne veut pas de guerre avec la Gorgie et s'efforce simplement de restaurer l'ordre en vigueur en Osstie du Sud avant l'opration militaire lance par Tbilissi pour reprendre le contrle du territoire, a dclar la BBC le ministre russe des Affaires trangres, Sergue Lavrov.
Et le prsident russe Dmitri Medvedev a assur que l'opration russe avait pour but "de contraindre la partie gorgienne la paix".
Arriv samedi Vladikavkaz, en Osstie du Nord, en provenance de Pkin, M. Poutine a qualifi de "lgitime" et "ncessaire" l'action de la Russie pour soutenir l'Osstie du Sud, dans des dclarations retransmises la tlvision.

M. Poutine a qualifi de "catastrophe humanitaire" la situation de la population, parlant de "crime contre le peuple osste".
Il a galement fustig la volont de la Gorgie de devenir membre de l'Alliance atlantique.
Les dclarations de M. Poutine sur l'improbabilit d'un rtablissement du contrle de Tbilissi sur l'Osstie du Sud ont t suivies par une raction de l'Otan.

"Les ngociations auxquelles nous appelons, comme d'autres, peuvent uniquement tre fondes sur l'intgrit territoriale de la Gorgie", a dclar une porte-parole jointe au quartier gnral de l'Otan Bruxelles.
Le reprsentant permanent de la Russie auprs de l'OTAN, Dmitri Rogozine, a soulign que le retrait des forces gorgiennes tait un pralable. "Avant de dmarrer des ngociations, la Gorgie doit retirer ses forces des zones de conflit de l'Osstie du Sud et rtablir le statu quo", a-t-il dclar l'AFP.

Annonant une mission de M. Kouchner dans la rgion, la prsidence franaise a indiqu que le prsident Nicolas Sarkozy "propose un plan de sortie de crise articul autour de trois lments: une cessation immdiate des hostilits; le plein respect de la souverainet et de l'intgrit territoriale de la Gorgie; le rtablissement de la situation qui prvalait antrieurement sur le terrain".

La prsidence franaise a annonc qu'un conseil des ministres des Affaires trangres de l'UE "sera runi au dbut de la semaine prochaine pour valuer la situation et dvelopper les perspectives de rglement du conflit".
M. Sarkozy "se rserve la possibilit de convoquer une runion extraordinaire ultrieure du Conseil europen".


Le Point - Par Samantha SHIELDS