Aziz sort et se dirige vers l’étendue infinie du désert située devant sa demeure;

Il s’arrête médusé devant l’ampleur désertique et le silence magique du paysage;

Il fait nuit ; L’heure est avancée.

Il réfléchit : mon Dieu, je suis tout seul ! Mes enfants sont encore petits…

Ce pays où va-t-il ?...

« Où va l’Algérie ? » comme avait intitulé Boudiaf un de ses livres !

Face à ses yeux, il distingue nettement : (hallucinations ou réalité ?) des engins descendant du ciel dans cette nuit noire …

A ce moment là, survient son benjamin de fils:

- Tu regardes quoi, papa?

- Des soucoupes volantes, mon bonhomme !

- Où ça ?...Mais il n’ y a rien père, tu rêves ma parole !…

Aziz laisse se promener son imagination : un personnage bizarre débarque de la machine et s’approche de notre homme :

- Paix à toi terrien !

Aziz balbutie :

- Euh … Oui ! Oui ! Oui! Paix à toi et à nous tous !... Qui es tu ?...

- Je suis ton deuxième moi, ta mauvaise conscience ! (répond l’étrange créature)

- Anouar ! Viens voir notre visiteur de marque !

- Mais, père tu rêves ou quoi ?! Tu es tout seul !

- O ! Non ! Mon fils ! Je ne suis pas seul ... Il marmonne : « On n’est jamais seul… non, non, on n’est jamais seul … »

Jalal