Face à la baisse de sa marge nette, sur un marché local étroit, le leader tunisien du leasing accélère sa conquête des marchés voisins.

Dans le pipe, un projet d’implantation en Libye et le lancement de la location longue durée et du factoring en Algérie.

Par Walid Kéfi, Tunis

L’exiguïté du marché tunisien pousse de plus en plus les sociétés de leasing locales à sortir de leurs frontières. A l’heure où Hannibal Lease jette de plus en plus un regard intéressé sur l’Afrique de l’Ouest, Tunisie Leasing a choisi de donner un coup d’accélérateur à sa stratégie de conquête des marchés voisins.

La première société de leasing tunisienne a officiellement annoncé, dans un communiqué publié le 22 janvier, une implantation imminente en Libye, ainsi qu’un renforcement de son maillage territorial et de ses activités en Algérie.

En dépit d’un résultat net de 13,8 millions de dinars, en hausse de 15,4% par rapport à 2008, Tunisie Leasing a vu sa part de marché régresser de plus de trois points, pour s’établir à 22% durant l’exercice écoulé, contre 25,39% une année auparavant.

La société précise, qu’elle est actuellement « en état de pourparlers avancés » avec des groupes privés locaux, actifs dans le secteur de la finance, pour prendre pied en Libye. « Les négociations avec nos partenaires libyens devraient aboutir à la mise en place d’une société de leasing, où nous serons majoritaires, au cours du deuxième semestre 2010 », révèle Ahmed Abdelkéfi, PDG de Tunisie Leasing.

Selon lui, le marché libyen présente un énorme potentiel de croissance, compte tenu de l’absence quasi totale des produits de leasing et d’une croissance économique qui reste forte malgré la baisse des prix du pétrole. « Outre les énormes besoins des entreprises étrangères et locales opérant dans le secteur des hydrocarbures, la Libye s’emploie à sortir de l’ère du tout-pétrole.

L’émergence attendu du secteur privé et la diversification de l’économie libyenne présentent à moyen terme de belles opportunités », souligne M. Abdelkéfi, qui fut le pionnier du crédit-bail en Tunisie, au milieu des années 80.

Elargissement des activités en Algérie

En Algérie, où Tunisie Leasing détient, depuis 2006, 40% du capital de Maghreb Leasing Algérie (MLA), une société créée en partenariat avec la banque privée tunisienne Amen Bank et d’autres institutions financières internationales, dont l’agence néerlandaise de développement (FMO), l’heure est à la diversification des activités et au renforcement du maillage territorial.

Premier noyau du groupe Integra Partners, qui compte aujourd’hui huit sociétés actives dans la quasi-totalité des métiers de la finance, Tunisie Leasing envisage de renforcer son maillage territorial en Algérie, à travers la création de cinq nouvelles agences.

La société de leasing tunisienne, qui compte déjà cinq agences à Alger, Sétif, Oran, Annaba et Hassi Messaoud envisage aussi de se lancer dans le factoring et la location longue durée (LLD), avant la fin de l’année en cours.

« Aujourd’hui, Maghreb Leasing Algérie fait la fierté de notre groupe, mais l’Algérie reste pour nous un marché stratégique, qui présente des potentialités trois fois plus importantes que le marché tunisien.

Raison pour laquelle nous tenons à y explorer de nouvelles niches porteuses », explique Ahmed Abdelkéfi.

Baisse de régime continue en Tunisie

La filiale algérienne de Tunisie Leasing s’est hissée au rang du leader du marché du crédit-bail algérien, avec 25% des parts de marché et une clientèle exclusivement composée de PME.
Elle a dégagé, l’an passé, un résultat net provisoire de 5,2 millions de dinars tunisiens (1 dinar = 0,53 euro), portant ainsi sa contribution aux résultats du groupe Integra Partners à 20%.

Au-delà de l’énorme potentiel que présentent les marchés libyen et algérien, Tunisie Leasing parait aujourd’hui en quelque sorte condamnée à jouer la carte de la régionalisation pour maintenir un rythme de croissance élevé.

L’année 2009 a, en effet, confirmé la baisse de régime que connaît la société depuis quelques années sur le marché tunisien, qui compte dix sociétés de crédit-bail.

En dépit d’un résultat net de 13,8 millions de dinars, en hausse de 15,4% par rapport à 2008, Tunisie Leasing a vu sa part de marché régresser de plus de trois points, pour s’établir à 22% durant l’exercice écoulé, contre 25,39% une année auparavant.

Cette baisse découle notamment de la montée en puissance d’autres sociétés de leasing tunisiennes, dont la Compagnie Internationale de Leasing (CIL) et Attijari Leasing, filiale de la banque privée Attijari Bank-Tunisie, dont les encours ont augmenté de 150% l’an passé.

Les Afriques