Page 2 sur 4 PremièrePremière 1234 DernièreDernière
Affichage des résultats 11 à 20 sur 32

Discussion: Mr Ali benflis president 2014

  1. #11
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    177

    Par défaut

    je pense qu'un Benflis president pourai faire changer les choses, il a le mérite s'etre s'opposé a Mr bouteflika quand la majorité de la class politique se ralié au president en place

  2. #12
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    10 956

    Par défaut

    Ce dont on a besoin,c'est d'un homme integre et surtout honnete,chose qui devenu rare et difficile a trouver parmi nos hommes politiques.

    Je ne sais pratiquement rien de lui,a part les articles de journaux ou le resume de wikipedia.

    J'espere que l'on aura l'occasion d'en savoir un peu plus sur lui,a l'occasion de la prochaine campagne presidentielle

  3. #13
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    177

    Par défaut

    Citation Envoyé par kredence Voir le message
    Ce dont on a besoin,c'est d'un homme integre et surtout honnete,chose qui devenu rare et difficile a trouver parmi nos hommes politiques.

    Je ne sais pratiquement rien de lui,a part les articles de journaux ou le resume de wikipedia.

    J'espere que l'on aura l'occasion d'en savoir un peu plus sur lui,a l'occasion de la prochaine campagne presidentielle
    j'ai eu l'occasion dans sa dérniére campagne de discuté un peu avec lui (Mr benflis) il me parai bien mais bon , c'es vrai qu'il nous fau un homme intégre ca c'es clair

  4. #14
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    10 956

    Par défaut

    Je suis curieux de savoir les grandes lignes de son programme economique.

    J'aurai souhaite que nos candidats postent leur programme sur leur site Internet,et qu'ils repondent aux questions des algeriens en ligne.

    Cela permet d'avoir une meilleure idee sur les candidat et permet par la meme,de faire un bon choix durant les elections.
    -----------------------------------------------------------------------
    Citation Envoyé par ben mhidi Voir le message
    j'ai eu l'occasion dans sa dérniére campagne de discuté un peu avec lui (Mr benflis) il me parai bien mais bon , c'es vrai qu'il nous fau un homme intégre ca c'es clair

  5. #15
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut

    Permettez-moi de rapporter ici un extrait d'un quotidien algérien qui y relate les circonstances de la cessation de fonction de Ali Benflis (Il a été écarté parce qu'il n'est pas un béni-oui-oui!)


    Ali Benflis explique son limogeage

    «J’ai refusé le chantage»

    Par Hamidou B., Le jeune Indépendant, 7 mai 2003

    Après son limogeage par le président Bouteflika, Ali Benflis a réuni hier au siège du parti du FLN à Hydra (Alger), la presse nationale et internationale venue en force pour un point de presse. Accueilli par les acclamations des ministres FLN, quelques membres du comité central, du bureau politique et quelques députés, Ali Benflis précisera à l’assistance qu’il n’a pas démissionné de son poste. «Le président de la République a mis fin à mes fonctions» et «je n’ai pas été consulté à propos de la désignation de mon successeur, malgré le fait que le FLN est le parti majoritaire à l’APN».

    Dans cette salve de précisions, Ali Benflis révèlera qu’un haut responsable de la présidence de la République, sans citer son nom, lui a expliqué que s’il voulait rester à la tête du gouvernement et poursuivre son travail, il doit soutenir Bouteflika pour un deuxième mandat. La réponse de Benflis a été la suivante : «Vous avez en face de vous un bâtonnier. Je ne peux parler au nom des militants du parti FLN. Je suis un libérateur du FLN et non un dompteur du FLN». Il précisera qu’il «n’acceptera pas le chantage». Prié de divulguer le nom de ce haut responsable, Ali Benflis promettra de le faire le moment venu. «J’aurai d’autres rencontres avec vous», lancera-t-il à l’adresse des journalistes. Il précisera dans ce sillage que le président Bouteflika ne lui a jamais demandé de déposer sa démission. Benflis a écarté l’existence d’un conflit avec le président Bouteflika. Revenant sur son limogeage, Ali Benflis dira qu’il «ne trouve aucune justification à la décision du président de la République», en liant cet acte de Bouteflika aux élections de 2004. «On m’a reproché la déviation du parti lorsque j’ai parlé de l’autonomie de décision du FLN». Ali Benflis affirmera que le «FLN n’appartient qu’à ses militants». Applaudissements nourris dans la salle. Donnant l’apparence d’un homme serein face aux journalistes, Ali Benflis donnait aussi l’impression d’avoir été «trahi», quand il a évoqué la manière dont s’est effectué sa succession. «C’est un fait inédit, affirmera-t-il. Le nouveau chef du gouvernement n’est pas issue de la majorité», argumentera-t-il. Le FLN participera-t-il à la coalition gouvernementale ?

    «Sous certaines conditions», répondra Benflis. Lesquelles ? «La direction du parti désignera ses propres ministres», conditionnera-t-il la participation de son parti.

    «Notre position sera déterminée en fonction aussi du programme du nouveau Premier ministre», poursuivra-t-il sur ce registre. Dissolution de l’APN ? «Constitutionnellement, ce pouvoir appartient au président de la République», précisera-t-il.

    Benflis sera-t-il candidat aux présidentielles de 2004 ? «Je suis à la disposition des militants du FLN. C’est un parti organisé. Ce n’est pas n’importe qui prétend être militants du FLN. A qui a-t-il adressé ce message ? «C’est le congrès extraordinaire qui décidera», rappellera-t-il.

    Pour marquer à sa manière que le FLN version Benflis est aux antipodes des méthodes de mobilisation à l’ère du parti unique, il lancera cette phrase lourde de sens : «Nous sommes avec l’Algérie.»

    L’époque du béni oui-oui est révolue, selon lui. «C’est une histoire ancienne pour le FLN», relèvera-t-il. L’ex-chef du gouvernement a, par ailleurs, parlé de blocages dans l’application du programme du Président, mais sans toutefois s’étaler sur des cas précis. Il relèvera qu’il n’a pas pu exercer ses prérogatives en tant que chef du gouvernement. «J’ai été démuni de mes prérogatives», soulignera-t-il. Pourquoi avoir attendu trente-trois mois pour parler de «prérogatives» ? «J’ai fait une mauvaise appréciation. Je me suis dit que les choses s’amélioreront». Il parlera de l’adoption du projet de loi relatif aux magistrats par le Conseil du gouvernement qui n’a pas été présenté en Conseil des ministres. Il estimera que l’indépendance de la justice et la liberté de la presse sont les piliers de la démocratie.

    «La justice ne doit pas être au service de l’exécutif», indiquera-t-il. Le secrétaire général du parti du FLN a évoqué la crise en Kabylie, en affirmant qu’un dialogue sérieux sans exclusive règlera cette question. H. B.

    MA CONCLUSION : La réalité du pouvoir échappe aux personnalités, au gouvernement,et, aux partis (FLN, RND, etc)... Ils sont TOUS manipulés, désignés, ensuite : écartés quand ils essayent de "comprendre" ou d'être droits et compétents ... Ceux qui font la pluie et le beau temps, tout le monde les connait, mais, ils ne se montrent jamais.
    Dernière modification par Jalal ; 08/03/2010 à 02h21.
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  6. #16
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    10 956

    Par défaut

    Je ne pense pas que son passe d'opposant importe beaucoup sur les prochaines elections.

    Ce qui importe,c'est son programme economique,son opposition au pouvoir n'est pas une reference pour etre elu.

    Dans ce cas,tous les opposants seront elus,un raciste comme Ferhat Mhenni peut aussi invoquer son opposition aux differents gouvernements,Ali Belhadj et Abassi Madani,les escrocs-islamistes aussi.

  7. #17
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut

    Les dés sont pipés; Je propose une plus grande maturité des partis radicaux FFS, Parti des Travailleurs, parti socialiste des Travailleurs, et des autres courants de gauche, qui se trouvent au sein des partis et en en dehors des partis (syndicats, associations...) pour constituer un front de la gauche...
    Impossible que le système change de l'intérieur avec ses élections truquées. Je propose aussi une analyse marxiste et des méthodes marxistes radicales pour le changement du régime.
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  8. #18
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut Des revenants au site sous de nouveaux pseudos

    Je constate aujourd'hui que d'anciens membres reviennent sous de nouveaux pseudos, et, qui continuent à semer leurs contre-vérités, en défendant indirectement l'immobilisme et le non-changement; Mais les citoyens ne sont pas dupes car ils vivent tous les jours les misères et la hogra du système.
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  9. #19
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2009
    Messages
    257

    Par défaut

    Rien ne pourra etre change en algerie tant que le peuple est en hibernation.
    Ne soyons pas dupe ! Personne ne peut tenir tete a ce regime sauf le peuple.
    Aussi soyons realiste, le peuple algeriens n'est plus le peuple de 1954. C'est
    un peuple soumis et fataliste .

  10. #20
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut Révolution démocratique arabe anti-féodale et anti-impérialiste

    Nos sociétés sont en retard d'une révolution à réaliser, c'est la révolution démocratique à caractère anti-féodal et anti-impérialiste, une révolution démocratique arabe et musulmane visant les féodaux arabes, les bourgeoisies bureaucratiques vendues aux puissances impérialistes (principalement français et américain), l’État sioniste et son idéologie.
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

Discussions similaires

  1. Sonatrach 11 000 recrutements d'ici 2014
    Par khadija dans le forum Economie
    Réponses: 0
    Dernier message: 28/12/2009, 07h27
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 19/11/2009, 03h03
  3. Un métro pour Oran avant 2014
    Par Toufik dans le forum Actualité Algérie
    Réponses: 4
    Dernier message: 29/08/2009, 02h33
  4. OBAMA for President
    Par kredence dans le forum Le Café
    Réponses: 2
    Dernier message: 26/12/2008, 17h11
  5. President
    Par kredence dans le forum Le Café
    Réponses: 0
    Dernier message: 16/12/2008, 20h45

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •