Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 11

Discussion: a lire

  1. #1
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut a lire

    le regne de la quantire de rene guenon,l auteur fait un constat de ce monde moderne bien au dela des clivages nationaux ou politiques...j ai vu les choses autrement apres lecture....salam
    un extrait
    Qualité et quantité

    Pour ce qui est d’abord du choix du titre de son livre, l’auteur écrit : « parmi les traits caractéristiques de la mentalité moderne, nous prendrons d’abord, comme point central, la tendance à réduire au seul point de vue quantitatif, tendance si marquée dans les conceptions ‘scientistes’ de ces derniers siècles… »

    Cette tendance de réduction au quantitatif n’est autre en définitif, que celle qui mène au terme même de la descente qui s’effectue d’une façon accélérée à la fin d’un cycle « cette descente n’est en somme que l’éloignement graduel du Principe… le point le plus bas revêt l’aspect de la quantité dépourvue de toute distinction qualitative ».

    La modernité est vue ainsi comme ‘une dégradation’, un éloignement de la ‘qualité’, et tend vers la déchéance, le règne de la quantité. «Ce que la majorité des hommes actuels célèbrent comme un « progrès », nous parait tout au contraire comme une profonde déchéance, ce ne sont que les effets du mouvement de chute, sans cesse accéléré, qui entraînent l’humanité vers les « bas-fonds » où règne la quantité pure »

    René Guénon va démontrer, le long de son livre, comment cette ‘dégradation’ – dégradation des conceptions que l’homme se fait de lui-même et du monde – touche tous les domaines et il va illustrer cela par une multitude d’exemples.

  2. #2
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut source

    http://rene-guenon.org/

    http://arlesquint.free.fr/rene%20guenon.html#ok

    1-Une vie en esprit:

    Il est des esprits qui bouleversent le cours de leur temps et secouent la succession des idées sans que pour autant ils deviennent les étincelantes vedettes des engouements fugitifs. René Guénon est de ceux-là. Humble et effacé, ayant mené une vie silencieuse, il semble passer lentement d'un clair obscur à la nuit complète sans s'occuper beaucoup des figures de son époque et des recettes qui assurent la célébrité. Ce solitaire amoureux éperdu des grandes perceptions spirituelle fut-il un philosophe? Assurémént pas. Il contempla la philosophie et put, chose insigne et légitime dans son cas, se permettre d'en sourire. Fut-il un orientaliste de talent, mais simplement un orientaliste quand même; un de ceux qui ont l'Inde facile? Non point, il "aperçut" l'Orient, et s'y arrêta bien moins qu'on se plait à dire. En fait, il le survola, mais le survola comme un aigle: en oiseau de proie qui plonge chaque fois qu'il découvre la victime qui assurera son alimentation. De toute façon son propos couvrait trop de choses et dévoilait trop de richesses pour qu'il soit possible d'en faire l'homme d'une spécialité. Nul "dada" ne fut son domaine. La synthèse de l'homme et de l'univers seule le préoccupait réellement. Et, ayant peut-être découvert des arcanes de la grande mécanique céleste il put bientôt se moquer de nos agitations, de nos concepts sitôt remplacés par d'autres concepts tout aussi éphémères. Son style est celui des rois et des mages (toujours il courtise le "nous"). Son pluriel est celui de la majesté incontestable. Guénon ne propose pas, ne suggère pas. Il affirme. Sa devise serait bien celle de quelques Brahmane védique: "connaître et imposer". Nul dogmatisme pour autant, mais l'assurance de celui qui revient d'un voyage étonnant. Un voyage pendant lequel il aurait été transporté sur une montagne d'où il aurait pu découvrir, de l'extérieur enfin, les choses des astres pour, une fois revenu, pouvoir en rire délicieusement et assurer comme fait inexorable ce qui est gros encore dans le ventre de l'avenir. Car le chemin de Guénon passa par un sentier où l'instant dépasse le futur pour rejoindre le passé.
    Dernière modification par ahmeddamien ; 27/03/2010 à 09h23.

  3. #3
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut ses livres

    http://rene-guenon.org/livres.html
    il a ecrit sur toutes les traditions ou pseudo traditions
    a savoir une these sur cet homme ou son oeuvre est interdite a la sorbonne

    il a ete completement ecarte du fait de ces critiques veridiques sur pas mal de groupes ou associations douteuses....
    je vous laisse decouvrir.....

    quelques photos de l homme ....












  4. #4
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut

    Malheureusement, les penseurs ou militants actifs qui vont à contre-courant des idées (et de l'ordre) dominants sont ignorés, pourchassés ou éliminés, et, s'il le faut par les armes; (Il faut se remémorer les centaines de milliers de morts durant la décennie noire en Algérie, des villages, des quartiers décimés, femmes, vieillard, enfants, jeunes et adultes assassinés en masse, et, cela avec le silence approbateur des puissants de ce monde, les tenants de l'ordre nouveau, le "monde libre")....
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  5. #5
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut salam

    salam Jalal
    que fais tu a part la poesie a tamamrasset....si je ne suis pas trop curieux
    salam

  6. #6
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut

    Je travaille dans un établissement bancaire et cela depuis plus de 25 années; Tout à l'heure je suis sorti pour des commissions c'est pour cela que je n'ai pas vu ton message de 20h. Je ne suis membre d'aucun parti politique ou d'autres organisations. Si j'étais plus jeune, j'aurai eu l'idée de participer à la création d'une entité qui nous délivrera de notre marasme actuel et qui dure depuis l'indépendance à ce jour, à l'exemple de Mao ZeDong...
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  7. #7
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut salam jalal

    je sens tes idees nobles,et le but etant le bien vivre de tout le monde et non pas une elite
    je suis d accord avec toi
    l islam dit que les musulmans sont comme un corps et que si une partie est malade le reste l est
    une critique de l egoisme
    mais a par le systeme Divin je crois que les systemes politiques humains sont des leurres d egalite,de bienfaisance,de progres pour l homme,de partage et fraternite....
    ces deguisements sont en fait le profit d une minorite aux depens de la masse
    le capitalisme avec ses promesses de progres scientifique qui fera vivre le peuple dans un monde ludique ou le communisme qui promet une egalite sociale sont bonnet blanc et bonnet blanc,les 2 faces d une piece....
    il n y a qu a chercher un peu qui sont les personnes qui ontcrees ces mouvements....
    comme dit Guenon dans un autre livre la crise d une monde moderne
    chaque homme a ete cree avec des des qualifications specifiques et a une epoque dans le monde traditionnel,on savait reconnaitre ces specifications.
    a notre epoque les gens cherchent a travailler en fonction de"combien ca gagne"le plus souvent....plus de vocations
    il dit que cela cree un desordre a l echelle mondiale
    il dit aussi que les civilisations modernes occidentales font miroiter et se croient superieur grace a la science,le progres scientifique et que tant que ces civlisations se croiront superieurs au monde ils ne pourront evoluer
    ces gens pensent avoir le monopole de la penseeet ne soupconnent pas qu il y a des des gens qui ne voient aucun interet a cet science moderne,cet industralisation qui depuis 100 ans a foutu la planete,provoque des guerres internationales ...demandez a un indien d un village recule ce qu il pense d envoyer des fusees.................
    le but de notre passage disait un sage boudhiste est de se realiser spirituellement avant de rencontrer l Un...

  8. #8
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut

    "La crise du monde moderne." de René Guénon

    Derniers textes ajoutés...

    Voici quelques courts extraits de son oeuvre nommée "La crise du monde moderne".

    Le chaos social.

    (...) Cela peut sembler paradoxal à une époque de "spécialisation" à outrance, et pourtant il en est bien ainsi, surtout dans l'ordre politique ; si la compétence des "spécialistes" est souvent fort illusoire, et en tous cas limitée à un domaine très étroit, la croyance à cette compétence est cependant un fait, et l'on peut se demander comment il se fait que cette croyance ne joue plus aucun rôle quant il s'agit de la carrière des hommes politiques, où l'incompétence la plus complète est rarement un obstacle. Pourtant, si l'on y réfléchit, on s'aperçoit aisément qu'il n'y a là rien dont on doive s'étonner, et que ce n'est en somme qu'un résultat très naturel de la conception "démocratique", en vertu de laquelle le pouvoir vient d'en bas et s'appuie essentiellement sur la majorité, ce qui a nécessairement pour corollaire l'exclusion de toute véritable compétence, parce que la compétence est toujours une supériorité au moins relative et ne peut être que l'apanage d'une minorité.

    (...) Il y a là une relation qui suppose nécessairement deux termes en présence : il ne pourrait y avoir de gouvernés s'il n'y avait aussi des gouvernants, fussent-ils illégitimes et sans autre droit au pouvoir que celui qu'ils se sont attribué eux-mêmes ; mais la grande habileté des dirigeants, dans le monde moderne, est de faire croire au peuple qu'il se gouverne lui-même ; et le peuple se laisse persuader d'autant plus volontiers qu'il en est flatté et que d'ailleurs il est incapable de réfléchir assez pour voir ce qu'il y a là d'impossible. C'est pour créer cette illusion qu'on a inventé le "suffrage universel" : c'est l'opinion de la majorité qui est supposée faire la loi ; mais ce dont on ne s'aperçoit pas, c'est que l'opinion est quelque chose que l'on peut très facilement diriger et modifier ; on peut toujours, à l'aide de suggestions appropriées, y provoquer des courants allant dans tel ou tel sens déterminé : nous ne savons plus qui a parlé de "fabriquer l'opinion", et cette expression est tout à fait juste, bien qu'il faille dire, d'ailleurs, que ce ne sont pas toujours les dirigeants apparents qui ont en réalité à leur disposition les moyens nécessaires pour obtenir ce résultat. Cette dernière remarque donne sans doute la raison pour laquelle l'incompétence des politiciens les plus "en vue" semble n'avoir qu'une importance très relative ; mais, comme il ne s'agit pas ici de démonter les rouages de ce qu'on pourrait appeler la "machine à gouverner", nous nous bornerons à signaler que cette incompétence même offre l'avantage d'entretenir l'illusion dont nous venons de parler : c'est seulement dans ces conditions, en effet, que les politiciens en question peuvent apparaître comme l'émanation de la majorité, sur n'importe quel sujet qu'elle soit appelée à donner son avis, est toujours constituée par les incompétents, dont le nombre est incomparablement plus grand que celui des hommes qui sont capables de se prononcer en parfaite connaissance de cause.


    Une civilisation matérielle.

    (...) On dira que ces hommes sont peu nombreux aujourd'hui, et on se croira autorisé par là à les tenir pour quantité négligeable ; là comme dans le domaine politique, la majorité s'arroge le droit d'écraser les minorités, qui, à ses yeux, ont évidemment tort d'exister, puisque cette existence même va à l'encontre de la manie "égalitaire" de l'uniformité. Mais, si l'on considère l'ensemble de l'humanité au lieu de se borner au monde occidental, la question change d'aspect : la majorité de tout à l'heure ne va-t-elle pas devenir une minorité ? Aussi n'est-ce plus le même argument qu'on fait valoir dans ce cas, et, par une étrange contradiction, c'est au nom de leur "supériorité" que ces "égalitaires" veulent imposer leur civilisation au reste du monde, et qu'ils vont porter le trouble chez des gens qui ne leur demandaient rien ; et, comme cette "supériorité" n'existe qu'au point de vue matériel, il est tout naturel qu'elle s'impose par les moyens les plus brutaux. Qu'on ne s'y méprenne pas d'ailleurs : si le grand public adopte de bonne foi ces prétextes de "civilisation", il en est certains pour qui ce n'est qu'une simple hypocrisie "moraliste", un masque de l'esprit de conquête et des intérêts économiques : mais quelle singulière époque que celle où tant d'hommes se laisse persuader qu'on fait le bonheur d'un peuple en l'asservissant, en lui enlevant ce qu'il a de plus précieux, c'est-à-dire sa propre civilisation, en l'obligeant à adopter des moeurs et des institutions qui sont faites pour une autre race, et en l'astreignant aux travaux les plus pénibles pour lui faire acquérir des choses qui lui sont de la plus parfaite inutilité ! Car c'est ainsi : l'Occident moderne ne peut tolérer que des hommes préfèrent travailler moins et se contenter de peu pour vivre ; comme la quantité seule compte, et comme ce qui ne tombe pas sous le sens est d'ailleurs tenu pour inexistant, il est admis que celui qui ne s'agite pas et qui ne produit pas matériellement ne peut être qu'un "paresseux" ; sans même parler à cet égard des appréciations portées couramment sur les peuples orientaux, il n'y a qu'à voir comment sont jugés les ordres contemplatifs, et cela jusque dans les milieux soi-disant religieux. Dans un tel monde, il n'y a plus de place pour l'intelligence ni pour tout ce qui est purement intérieur, car se sont là des choses qui ne se voient ni ne se touchent, qui ne se comptent ni ne se pèsent : il n'y a de place que pour l'action extérieure sous toutes ses formes, y compris les plus dépourvues de toute signification. Aussi ne faut-il pas s'étonner que la manie anglo-saxonne du "sport" gagne chaque jour du terrain : l'idéal de ce monde, c'est l'"animal humain" qui a développé au maximum sa force musculaire ; ses héros, ce sont les athlètes, fussent-ils des brutes ; ce sont ceux-là qui suscitent l'enthousiasme populaire, c'est pour leurs exploits que les foules se passionnent ; un monde où l'on voit de telles choses est vraiment tombé bien bas et semble bien près de sa fin. (...)

    © René Guénon.

  9. #9
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut

    Hier dimanche, je me suis endormi très tôt (19h); ce matin je me prépare à aller au travail; cela n'empêche que je viens de lire rapidement ta réponse.
    L'homme a besoin souvent de comprendre concrètement les phénomènes de la réalité de tous les jours; les explications métaphysiques sont parfois insuffisantes... Les défauts de la société se trouvent ici bas et ont des origines humaines, les escamoter : servira surement les auteurs de l'exploitation et de l'aliénation (et la compréhension du phénomène). Pendant les époques du moyen-âge, les injustices et inégalités étaient vues comme une fatalité ou comme un ordre divin, cela arrangeait les maîtres au détriment des "esclaves"... Voila rapidement, mon modeste point de vue...
    Ce que dit René Guénon sur le culte du paraître et de la force physique est dû, à mon avis, aux conditionnements produits par les moyens puissants des mas-média et du business dont la logique a un but double : distraire les masses, détourner leur attention, et, un moyen de défoulement collectif, et aussi faire rentrer de l'argent; Cela cadre bien avec la logique capitaliste... qui est une "civilisation" purement matérialiste et anti-spirituelle, donc : non-humaniste...
    Dernière modification par Jalal ; 29/03/2010 à 23h16.
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  10. #10
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut

    Et un autre extrait...........
    Voila bonne decouverte
    "Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais." Oscar Wilde

Discussions similaires

  1. En train de lire...
    Par Desperado dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 58
    Dernier message: 17/11/2016, 23h37
  2. Il vaut mieux discuter ...que lire !!
    Par kredence dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 0
    Dernier message: 23/01/2010, 07h48
  3. Analphabétisme : 13% des jeunes ne savent ni lire ni écrire
    Par melissa dans le forum Actualité Algérie
    Réponses: 1
    Dernier message: 19/09/2009, 13h50
  4. A lire et a relire: reflexions sur LES COLLABEURS
    Par kredence dans le forum Le Café
    Réponses: 1
    Dernier message: 24/07/2009, 00h09
  5. Comment lire ses analyses de sang
    Par mohalilo dans le forum Santé et Beauté
    Réponses: 0
    Dernier message: 15/06/2009, 21h46

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •