Le patron de Cevital Issad Rebrab regrette certaines contraintes actuelles qui limitent les projets d'expansion de son groupe.

« N’oubliez pas que pour investir, il faut faire sortir les devises. Pour cela, il faut une autorisation de la banque d’Algérie. Nous avons plusieurs projets d’investissement à l’extérieur mais malheureusement nous n’avons pas obtenu les autorisations de banque d’Algérie même pour des projets qui accompagnent nos exportations », a-t-il ainsi déclaré en marge d'une cérémonie à Alger sur la signature de contrats dans le secteur immobilier.

Issad Rebrab évoquait également des projets de développement de culture de canne à sucre pour ne plus dépendre des importations.

Il a également évoqué le problème de la disponibilité des terres pour mener à bien un tel investissement.

Pourtant, « tous les projets que nous déposons vont dans le sens de l'intérêt de l'économie nationale », a-t-il justifié.

Concernant les prix du sucre, le patron du groupe Cevital prévoit une baisse d’ici la fin 2010. « La tendance est à la baisse. Il n'est pas possible de savoir de combien pour l’instant. (...) Les prix fluctuent chaque jour. Mais, nous pensons qu’à partir de la fin de l’année nous connaitrons une tendance à la baisse et un retour à la normale », a-t-il déclaré.

Selon lui, cette baisse a commencé ces derniers mois sur les marchés mondiaux.

Depuis janvier 2010, les prix du sucre se sont envolés atteignant les 90 dinars le kilo.

Une hausse qui entraîné celle de certaines boissons et produits agroalimentaires. Issad Rebrab, dans une interview à TSA le mois dernier, avait pourtant précisé que Cevital n’avait pas répercuté la hausse des prix du sucre sur le marché mondial sur les producteurs algériens de boissons.
TSA