Des scénarios dignes des films hollywoodiens. Des attaques à main armée contre des convois transportant des fonds et contre des familles. Ces derniers mois, la situation est devenue intenable sur les routes d'Alger.

Et la mésaventure qu’ont vécue les employés de la société chinoise Citic Crcc en est un parfait exemple. Ces derniers ont été victimes d’un braquage en plein jour à Khemis El Khechna (wilaya de Boumerdès). Ils ont été délestés de la coquette somme de 1,3 milliard de centimes.

Les faits remontent à la fin de la semaine dernière, lorsque trois cadres chinois qui revenaient de la banque Badr d’Alger, ont été agressés en plein jour au niveau de l’échangeur de Khemis El Khechna, vers Ouled Moussa (wilaya de Boumerdès), aux environs de 14h.

Selon les dernières informations recueillies, les victimes, trois cadres chinois qui travaillent pour le compte de ladite société, chargée de la réalisation du tronçon autoroutier El Adjiba, à la limite Est de la wilaya de Bouira, et leur chauffeur de nationalité algérienne étaient à bord d’un véhicule de type 4x4.

Les malfaiteurs les ont pris en filature avant de leur barrer la route, obligeant le conducteur à s’arrêter. Et c’est là que les choses se sont corsées, lorsque les braqueurs sont sortis de leurs voitures et ont menacé les victimes avec des marteaux et des sabres.L’un d’entre eux, bien renseigné, s’est chargé de l’argent, en allant droit à son emplacement, à savoir dans le coffre de la voiture.

Ainsi, après avoir fait face à deux décennies de terrorisme, l'Algérie doit aujourd’hui affronter le phénomène de la grande criminalité.

Et pour cause, les faits de ce genre se multiplient en Algérie. Pas plus loin que la semaine dernière, le 20 mars plus précisément, deux familles dont l’une constituée d’une femme enceinte de 5 mois, ont vécu les mêmes affres ou presque au niveau du tronçon autoroutier Boudouaou-Réghaïa.

La première famille, un couple de médecins et leur fille, à bord de son véhicule, se dirigeait vers Alger pour des achats en vue du mariage de leur fille. Arrivés à Haouch El Makhfi, entre Boudouaou et Réghaïa, ils sont pris dans l’embouteillage situé non loin du barrage fixe de la gendarmerie de Réghaïa.

Soudain, un homme âgé d’une trentaine d’années, armé d’un couteau à cran d’arrêt, fait irruption et demande à l’un des passagers avant, une femme, de lui donner le sac qu’elle avait sur les genoux avant de le lui arracher de force.
Quelques minutes plus tard, ce dernier se dirige cette fois-ci avec ses acolytes vers un autre véhicule à bord duquel se trouvait une femme enceinte.

Cette dernière extraite de force de sa voiture, est traînée par terre avant d’être délestée de son sac par l’agresseur pendant que son mari était sous la menace d’un couteau sous la gorge par un autre malfaiteur.A la fin de ce «cauchemar», en plein jour, qui s’est déroulé non loin du barrage de la gendarmerie, les agresseurs se sont volatilisés avec un butin d’une valeur de plus de 10 millions de centimes.

De quoi réveiller ce sentiment d’insécurité que l’on croyait révolu et soulever beaucoup d’interrogations à savoir si le pays dispose des moyens nécessaires pour contenir ce genre de crimes.

Par l'Expression