Les services du ministre de la Justice se sont rendu compte que plusieurs centaines de magistrats bnficient de lallocation de logement alors quils rsident dans des logements de fonction meubls, au niveau des rsidences dEtat, limage de Moretti et Club de Pins.

Cette situation est une violation flagrante de la loi en vigueur.

Plus de mille juges peroivent cette allocation dont le montant slve 40 mille dinars par mois.

Depuis 2007, le montant global affect par le trsor public cette tranche est valu 141 milliards de centimes.

Selon une source officielle, le ministre de la Justice envisage la rvision de cette allocation, aprs avoir constat cette contradiction, ajoutant que les couples exerant en tant que juges bnficient de cette allocation.

Certains dentre eux relevant des cours de Batna, Biskra et dAnnaba ont reu une note verbale de la part des procureurs gnraux, sommant lune des deux parties constituant le couple de renoncer cette allocation dite de logement.

Mais les juges ont refus dexcuter cette dcision, sous le prtexte quils nont pas reu un crit officiel, soutient la mme source.

Il y lieu de relever que cet avantage est garanti par le statut des magistrats qui impose lEtat de leur garantir un logement de fonction au niveau de la circonscription administrative o ils exercent, ou bien ordonne le paiement des charges du loyer pour ceux qui ne bnficient pas dun logement de fonction, en vertu des conditions spcifies par le dcret excutif 159 du 27 mai 2007, approuv par lex chef du gouvernement, Abdelaziz Belkhadem.

Dans ce cadre, plus de 1100 juges peroivent, illgalement, cette allocation, mais selon dautres sources, leur nombre dpasse largement ce chiffre.

Grce une ventuelle valuation globale de cette situation par la Cour des comptes, le montant exact spoli du trsor public pourrait tre facilement dtermin.

Est-il normal que ni le ministre de la Justice, ni celui de Finances nont pu se rendre compte de cette violation grave de la loi rgissant loctroi des allocations aux juges ?

Cette situation ne peut tre qualifie que par la dilapidation des deniers publics.

Aussi, est-il normal que le gouvernement mne une bataille contre les mdecins et les enseignants, en sopposant laugmentation de leurs salaires, alors que des milliards sont octroys ceux qui ne sont gure dans le besoin ?

elkhabar online le 31-03-2010