Un Algrien expuls en 2009 l'ge de 71 ans aprs avoir vcu 37 annes en France et y avoir lev ses enfants attend depuis un an que l'administration franaise lui accorde un visa d'entre conformment aux injonctions de la justice, a affirm vendredi l'AFP son avocate.

Pre de dix enfants ns en France, Mohammed (prnom modifi) a t reconduit la frontire en mars 2009 et expuls en Algrie o il n'avait "pas remis les pieds depuis 19 ans", soutient Me Frielle Kati.

Saisi en rfr aprs l'expulsion, le tribunal administratif de Versailles avait rtroactivement "suspendu" cette mesure au motif qu'elle violait le droit une vie familiale et qu'elle se fondait sur un arrt d'expulsion vieux de plus de 10 ans, pris en fvrier 1998.

Mohammed venait alors de purger une peine de cinq ans d'emprisonnement pour association de malfaiteurs, selon son avocate.

Dans sa dcision, confirme par le Conseil d'Etat en avril 2009, le juge de Versailles avait enjoint "aux autorits consulaires franaises en Algrie de prendre toutes mesures de nature permettre le retour en France du requrant".

Mais en dcembre, le consulat gnral de France Alger a refus de dlivrer un visa Mohammed sans donner de justifications, selon l'avocate.

Et la semaine dernire, Me Kati a saisi en rfr le Conseil d'Etat pour faire annuler cette dcision.

L'administration consulaire "semble faire fi de l'autorit de la chose juge", dnonce l'avocate, qui espre un dblocage rapide de la situation. "Depuis son retour en Algrie, (mon client) n'a pas trouv d'emploi, il vit dans une voiture, sans ressources, dans un petit village aux portes du Sahara", crit-elle dans sa requte au Conseil d'Etat.

La prfecture de l'Essonne, qui a fait excuter l'arrt de reconduite la frontire, s'est refuse tout commentaire. Joint par l'AFP, le ministre de l'Immigration a confirm l'expulsion.
AFP