ELLE A REPRIS UNE BATAILLE JURIDIQUE LA COUR DE BLIDA

Alors que la chambre commerciale de la cour de Blida devra rendre son verdict aujourdhui dans laffaire des droits de proprit de la marque Orangina en Algrie, la compagnie franaise des produits Orangina, la CFPO, ne semble pas vouloir lcher prise puisquelle veut tout prix enlever la marque son propritaire algrien et bnficier de lexclusivit de sa commercialisation en Algrie.

Plusieurs fois renvoye parce que les dfenseurs de CFPO ne se prsentaient pas laudience, laffaire a t mise en dlibr et son dnouement devrait tre connu aujourdhui.

Il sagit, en effet, de trancher sur deux dcisions contradictoires rendues en mars 2004 par les cours dAlger et de Blida, alors que la CFPO ntait pas, dans un premier temps, concerne par ce conflit qui opposait uniquement Djgaguen Sidi-El-Kebir.

Si la dcision de la cour dAlger fait tat de lannulation de tous les dpts de marque de la CFPO au niveau de lInstitut national de la proprit industrielle en Algrie, celle de la cour de Blida sexprimait sur lexploitation commune de la marque en Algrie.

Sur ce, la CFPO est entre dans le litige et sest fait accepter comme partie prenante dans laffaire. Elle interjette appel au niveau de la chambre commerciale prs la Cour suprme qui a renvoy, le 6 mai 2009, laffaire la Cour de Blida pour quelle soit rejuge, et ce, aprs avoir annul les deux dcisions rendues par les cours dAlger et de Blida.

Se voyant ls dans lexploitation dun produit purement national et dont il est propritaire depuis lindpendance du pays puisquil est le premier lavoir inscrit lINPI sous le numro 18230, Djgaguen Mamar, patron de la marque Orangina en Algrie, saisit par crit le ministre de la Justice, lui expliquant les tenants et les aboutissants de cette affaire tout en lui demandant de prendre des mesures lendroit de lambigut judiciaire contenue dans la dcision de la Cour suprme date du 6 mai 2009.

M. B. (Le Soir d'Algrie