Par VIVA LALGERIE le sam, 08/05/2010

VLA a sollicité un ancien membre du cercle très restreint des décideurs au moment où Ali Kafi était nommé président du HCE .Cet ancien responsable a malheureusement exigé l’anonymat pour « exprimer son indignation » et livrer son point de vue et quelques faits de cette époque difficile de l’Algérie
« M. Ali Kafi ancien colonel de l'ALN et ancien Président du HCE (Haut Conseil de l'Etat) de juillet 1992 à juin 1994 a convoqué des journalistes "chez lui " à Sidi Fredj dans une villa de l'Etat algérien délaissant sa propre villa située dans le quartier d’El Mouradia et qui avait été, lorsqu'il était à la tête du pays ,rénovée pour la coquette somme de 30 millions de DA .Selon quelque titres de la presse nationale M.Kafi a donné cette conférence de presse pour donner son point de vue sur la situation actuelle du pays et apporter des précisions sur les affirmations de Said Sadi contenues dans son livre sur le colonel de l'ALN Amirouche (Amirouche ,deux morts et un testament).M. Ali Kafi affirme d'emblée que "l'Algérie vit une faillite totale et se dirige vers l'inconnu" soit. Mais M.Kafi a depuis 1962 été au coeur du pouvoir avant d'être propulsé en haut du pouvoir suite à une suggestion d'un homme d'affaires au général Larbi Belkheir qui a ensuite emporté l'adhésion du général Khaled Nezar.A ce moment là ,en tant que Président, il avait les coudées franches mais il n’a pas ordonné qu'on écrive l'histoire de l’Algérie ni entrepris une véritable réforme en profondeur pour la sortir de son marasme puisque "c'est Boumediène qui a laissé un héritage désastreux" .Quand d'autres tirent sur les ambulances, M.Kafi tire lui sur les morts , eux ses frères de combat .
Au palais présidentiel pendant son mandat son travail consistait à se pavaner dans les bureaux et les couloirs .Lorsqu'il réunissait ses conseillers parce que la situation l'exigeait il était dans une torpeur indescriptible .Un jour d'ailleurs ,le conseiller économique avait fait un exposé sur la situation du pays .Le Président Kafi n' avait pas compris un seul mot ,il a fini par parler en s'adressant à son conseiller de la façon suivante "Ya Madjid Bouzidi.... Rak Roht biiiid" en français cela donne " Oh Madjid Bouzidi.. Tu es parti trop loinnn !". Et lorsqu'au cours de cette même réunion le conseiller diplomatique M.Benyoucef Baba Ali lui fit part de sa rencontre avec l'ambassadrice des Etats -Unis à Alger .Le « Président » a eu cette réaction"qu'elle aille se faire..." .Affligeant .Aujourd'hui M.Kafi, de sa retraite dorée à 700 000 DA par mois tous frais payés, à partir d'une résidence qui ne lui appartient pas ,donne des leçons non pas pour faire avancer les choses ,encore faut-il qu'il en soit capable ,mais pour diviser encore plus les Algériens et assener ses vérités proposant sa propre histoire tout en déniant au docteur Sadi la faculté d'écrire sur l'Histoire .Certes Said.Sadi n'est pas un historien mais lui , au moins, a le mérite d'écrire et d'apporter sa contribution parce que demain avec la disparition de tous les acteurs de la Révolution ,nos historiens et chercheurs n'auront d'autres possibilités que d'aller chercher dans les archives françaises pour écrire l'histoire de notre pays.

http://www.viva-lalgerie.com/content...-sur-les-morts