Le gouvernement s’inquiète de la hausse continue de la facture des importations de l’Algérie qui devrait s’établir à 30 milliards de dollars en 2008.

jeudi 6 novembre 2008.

Le gouvernement a demandé à l’Agence Nationale de Promotion du Commerce Extérieur « de créer une base de données sur les importations et les exportations » et établir « un fichier national sur les acteurs des opérations de commerce extérieur en Algérie ».

Il parait que la raison principale, ayant poussé l’appareil exécutif à aller dans ce sens, est les déclarations mensongères et les factures gonflées et frauduleuses des importateurs au niveau des Douanes, en exploitant la non disponibilité, en Algérie, des bulletins sur l’évolution des prix dans les marchés internationaux.

A partir de cet angle, le gouvernement a instruit les responsables de l’agence nationale de promotion du commerce extérieur à mettre en place un système « de redressement » afin de suivre l’évolution du marché international notamment les produits venant en tête de liste des achats et les besoins du marché national.

Dans ce contexte, l’agence est appelée, en vertu du décret exécutif ayant élargit les prérogatives d’intervention de l’agence à « proposer toute opération visant à contrôler les importations ainsi que présenter une aide au profit des institutions et les opérateurs économiques afin de contrôler les importations », ce qui veut dire que le gouvernement ne voit pas, d’un bon œil, la facture des importations de l’Algérie qui augmente d’une année à une autre, car cette dernière est passée de 8 milliards de dollars en 1996 à 30 milliards de dollars en 2008 selon les estimations des Douanes algériennes.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après El Khabar